Publicité

JO de Paris 2024: Manaudou, Karabatic, Mayer, Robert-Michon... qui pourraient être les porte-drapeaux français à la cérémonie d’ouverture?

Pour avoir la chance de porter le drapeau français lors de la cérémonie d’ouverture des JO de Paris, sur la Seine le 26 juillet 2024, il "faudra déjà avoir été olympien et non pas champion olympique" et ne pas avoir "déjà été porte-drapeau". Le président du CNOSF, David Lappartient, a fait savoir qu’il "faut aussi respecter et incarner les valeurs éthiques de l'olympisme. Un athlète condamné pour des faits de dopage ne pourra pas être porte-drapeau, mais on précisera les critères plus dans le détail. Les porte-drapeaux (homme et femme) ne seront pas issus de la même fédération même s'ils peuvent être un homme et une femme présentés par fédération."

À partir de ces critères, qui peut prétendre à cette consécration ? – Choix non exhaustifs -

Nikola Karabatic

Cela pourrait être LE favori pour porter le drapeau français le 26 juillet 2024. Après 22 ans de carrière, le handballeur va vivre son ultime danse avec l’équipe de France à domicile. Mais les critères éthiques avancés par le CNOSF pourraient mettre fin à cette belle histoire. Nikola Karabatic, à l’instar de son frère Luka, a été condamné dans une affaire de paris en 2012.

Florent Manaudou

Florent Manaudou, un des plus beaux palmarès de la natation française, est l’autre candidat qui ressort rapidement à la question "qui pour porter ce drapeau lors de la cérémonie d’ouverture?". Candidat à cette fonction depuis plusieurs mois, l’athlète sera aussi capitaine du relais de la flamme olympique. À Paris, il pourrait décrocher une quatrième médaille olympique en quatre éditions, ce qu’aucun nageur français n’a réussi. La récompense du travail accompli? Le phénomène Léon Marchand, déjà présent aux JO de Tokyo (il avait à l’époque 19 ans), remplit également les critères.

Kevin Mayer

Il n’a toujours pas son billet pour Paris 2024 en poche mais son profil pourrait correspondre aux critères du CNOSF. Sa qualification, qui devrait intervenir de manière tardive, pourrait jouer sur le choix de se porter candidat à cette fonction. De plus, l’athlétisme est programmée en deuxième semaine des JO de Paris. Or, sur les précédentes éditions, il était rare de voir les athlètes être présents sur place dès le début de la compétition. Surtout pour un Kevin Mayer toujours très à l’écoute de son corps.

Renaud Lavillenie

Il avait déjà souhaité être le porte-drapeau français à Tokyo en 2021, mais c’est finalement le gymnaste Samir Ait-Saïd qui avait été désigné. Le critère éthique et du casier judiciaire (en raison de son implication dans un accident de moto il y a plus de 15 ans) pourraient rayer Renaud Lavillenie de cette liste.

Mélina Robert-Michon

La spécialiste du disque correspond à de nombreux critères présentés par le CNOSF, ce mercredi. Elle va vivre à Paris ses septièmes JO et possède un grand soutien au sein de plusieurs instances. Son histoire montre aussi qu’il est possible de revenir au plus haut niveau après une grossesse. L’athlète d’une nouvelle génération.

Wendie Renard

Déjà présente aux JO de 2012 et 2016, la capitaine emblématique de l’équipe de France de football peut prétendre à cette fonction. Elle a le plus beau palmarès du football français en club. La joueuse possède également une aura à l’internationale, un critère qui pourrait compter pour mener l’équipe de France olympique.

Estelle Mossely

Elle ne se cache pas. Depuis plusieurs mois, la championne olympique de boxe à Rio en 2016 exprime son envie d’être porte-drapeau pour ces Jeux à domicile. Elle répond à tous les critères.

Romane Dicko

Si Clarisse Agbegnenou et Teddy Riner ne peuvent pas représenter la fédération de judo, très pourvoyeuse de médailles, une autre athlète peut revenir sur le devant de la table: Romane Dicko. Déjà sélectionnée pour Paris 2024, elle peut être un outsider dans ce casting des porte-drapeaux.

Pauline Ferrand-Prévot

Elle souhaite décrocher à Paris sa première médaille olympique. Moins connue du grand public, Pauline Ferrand-Prévot pourrait être une formidable représentante du cyclisme lors de ces Jeux à domicile.

Nicolas Batum

Un membre de l’équipe de France de basket, médaillée d’argent aux JO de Tokyo en 2021, pourrait également prétendre à cet honneur. Capitaine des Bleus, Nicolas Batum semble avoir le CV le plus solide. Avec plus de 160 sélections au compteur, l’ailier des Sixers de Philadelphie (NBA) a un palmarès long comme le bras avec l’équipe de France: médaille d’or à l’Euro 2013, médaille d’argent à l’Euro 2011 et aux JO 2021 ou encore médaille de bronze aux Mondiaux 2014 et 2019. Leader offensif des Bleus sur les dernières compétitions internationales, Evan Fournier peut également être cité comme potentiel candidat. Seul bémol pour les basketteurs: ils pourraient débuter leur tournoi olympique à Lille dès le lendemain de la cérémonie.

Article original publié sur RMC Sport