Publicité

JO de Paris 2024: le bilan prédictif de la France, loin des 80 médailles espérées

Huitième au classement des médailles aux Jeux olympiques de Tokyo, la France entend progresser à domicile dans six mois, lors des Jeux olympiques de Paris 2024 mais sera-t-elle capable, comme le pensait - un peu prématurément - l’ancienne ministre des Sports Laura Flessel, de réaliser une razzia sur les médailles et d’exploser son record pour atteindre la barre des 80 breloques? Au Japon, la France est montée à 33 reprises sur le podium pour 10 médailles d’or. Trois ans plus tard, l’équipe de France ne semble pas en mesure d’inverser la dynamique de Tokyo.

Et si l’objectif très ambitieux donné par Laura Flessel, puis repris à son compte par Jean-Michel Blanquer, était trop élevé? Pour l’économiste du sport Wladimir Andreff, professeur honoraire de sciences économiques à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il ne fait aucun doute que la marche est trop haute. Avec d’autres économistes (Nicolas Scelles, Liliane Bonnal et Madeleine Andreef), Wladimir Andreff a conçu un modèle prédictif qui a fait ses preuves lors des dernières éditions des Jeux olympiques.

"Nous avons conçu un modèle économétrique qui explique parfaitement les résultats passés, détermine les variables, les facteurs qui ont fait que les 200 pays du monde se sont partagés d’une certaine façon les médailles à Rio de Janeiro, expliquait l’économiste à l’occasion d’une conférence donnée à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le 15 décembre dernier. Ce modèle, quand il est bon d’un point de vue mathématique, on peut l’utiliser en prévision. Nous l’avons fait tourner pour Tokyo 2021. Et le modèle avait détecté à l’avance 95% de la répartition des médailles. Il avait deviné pour 194 pays participants et il n’avait pas annoncé les bons résultats pour seulement 10 pays, dont la France, parce que le modèle lui avait annoncé 46 médailles, et qu’on en avait gagné que 33 à Tokyo."

47 à 48 médailles attendues, pas plus de 60

Deux mois plus tôt, à l'occasion des Journées de l'économie à Lyon, Wladimir Andreef présentait les prévisions de son modèle pour les JO de Paris 2024, et en rappelait les résultats à l'occasion du Colloque pour les Jeux olympiques de Paris 2024 organisé à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: "Si on prend toutes les variantes de notre modèle, que nous avons fait tourner pour les Jeux olympiques de Paris 2024, l’équipe de France devrait gagner 47 ou 48 médailles, et dans une vision absolument extrême que l’on appelle les intervalles de confiance, elle gagnera entre 43 et 60 médailles, jamais au-dessus de 60. Avec ce nombre de médailles, nous aurons la 5e, la 6e ou la 7e place, tout dépend de comment performeront l’équipe du Japon et de l’Australie."

Plus personne au gouvernement ne s’aventure à lancer des pronostics farfelus, mais au sein de la majorité, Karl Olive demeurait optimiste début janvier, estimant "qu’on ne sera pas loin des 80 médailles" l’été prochain. L’actuelle ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, qui a hérité lors du dernier remaniement d’un portefeuille élargi, incluant les Jeux olympiques, se veut plus prudente et réaliste à la fois, se contentant d’espérer "un top 5". Ce qui, à en croire le modèle prédictif de Wladimir Andreff, est à portée de main des Français, à condition toutefois de réaliser de grandes performances. Le gouvernement espère que la tenue des Jeux à domicile sera un moteur pour tous les athlètes français, dont ceux que l'on n'attend pas forcément sur les podiums.

Article original publié sur RMC Sport