Publicité

JO 2024: discussions avec les clubs, calendrier à respecter... Comment Thierry Henry et la FFF oeuvrent en coulisses à bâtir la meilleure équipe

On se souvient encore du casse-tête pour Sylvain Ripoll en 2021, avant les Jeux olympiques de Tokyo. Alors que la France avait réussi à se qualifier pour le tournoi de football pour la première fois depuis 1996, le sélectionneur de l’époque avait eu toutes les peines du monde à bâtir une liste compétitive. Trois ans ont passé, les JO 2024 auront lieu à Paris l’été prochain, mais ce n’est pas pour autant que la chose sera aisée pour Thierry Henry, qui doit lui construire un groupe de joueurs nés après le 1er janvier 2001.

Dans cette liste de U23, qui deviendront les athlètes de l’équipe de France olympique de football le 18 juillet prochain, le sélectionneur pourra intégrer trois joueurs "hors d’âge". Kylian Mbappé, Antoine Griezmann ou encore Olivier Giroud font partie de ces joueurs qui rêvent de disputer les Jeux en France. Une motivation qui ne suffira pas puisque les Jeux n’étant pas intégrés dans le calendrier de la Fifa, il n’y a aucune obligation pour les clubs de libérer leurs joueurs. D’où la complexité pour Thierry Henry.

Les clubs français devraient jouer le jeu mais...

A ce jour, le champion du monde 1998, qui rêve d’une médaille d’or le 9 août prochain au Parc des Princes, est dans l’impossibilité de savoir réellement sur quels joueurs il pourra compter. C’est la raison pour laquelle la FFF est venue en aide auprès du sélectionneur en organisant en décembre dernier une visioconférence avec les présidents des clubs de Ligue 1 et certains de Ligue 2 pour les sensibiliser à la cause olympique. Tous se sont engagés à mettre leurs joueurs à disposition, mais dans les thèmes évoqués ce jour-là, les présidents de clubs souhaitaient avoir des précisions sur la durée de cette mise à disposition et notamment pour ceux qui vont être concernés par les tours préliminaires des coupes d’Europe, mais aussi le nombre de joueurs qui pourraient être sélectionnés dans les clubs français. Des détails qui devraient être réglés d’ici la fin du championnat.

Cependant, il y a aussi les clubs étrangers dont la position est loin d’être évidente à ce jour. La Fédération française de football leur a adressé un courriel pour, là aussi, les sensibiliser. Thierry Henry œuvre également en coulisses avec ses différents relais pour les sonder afin de savoir sur lesquels il pourra compter, mais la situation n’est pas simple. Et récemment, une réponse du Real Madrid a fuité alors que le club avait répondu qu’il n’était pas question que ses joueurs puissent participer à deux compétitions cet été. Sous-entendu, l’Euro en Allemagne et les Jeux olympiques en France.

Donc, si Thierry Henry avait envisagé de prendre Aurélien Tchouameni et Eduardo Camavinga, ce sera non. Kylian Mbappé aussi, si ce dernier finalise son contrat avec le club madrilène. Mais le sélectionneur des futurs internationaux olympiques a été très clair encore ce lundi. S’il est conscient que ce ne sera pas simple, "on veut construire la meilleure équipe possible", a-t-il précisé depuis Clairefontaine.

Plusieurs étapes s’offrent à Thiery Henry

Une "liste provisoire" a été adressée au CNOSF en début d’année comprenant plus d’une centaine de noms. Ensuite, en mai, cette liste sera réduite et comprendra au maximum 12 membres du staff et au minimum 35 joueurs, dont quatre gardiens de but. L’ensemble des joueurs de la liste provisoire de la Fifa auront figuré sur la "longue liste" transmise à Paris 2024 par le CNOSF en début d'année. C’est ce que précise le règlement.

Enfin, la "liste finale" envoyée pour le 5 juillet à Paris 2024 et à la Fifa doit comprendre 18 joueurs, dont deux gardiens de but, et un maximum de sept membres du staff par équipe. "Les joueurs de la liste finale doivent être sélectionnés parmi ceux de la liste provisoire. Seuls les numéros allant de 1 à 18 peuvent être attribués, le numéro 1 étant exclusivement réservé à un gardien de but", explique le règlement. Cette liste sera publiée par la Fifa. Mais les associations membres participantes aux Jeux olympiques sont habilitées à désigner un maximum de quatre joueurs suppléants par équipe (dont au moins un gardien de but) dont les noms apparaissent sur la liste de départ. Des joueurs qui pourront être avec le reste du groupe pour l’entraînement mais qui seront en tribune le jour des matchs. Ils seront à disposition du sélectionneur pour pallier éventuellement une blessure d’un des 18 retenus.

Déjà dans la peau d’une équipe olympique

Peut-être qu’en août dernier, quand Thierry Henry a été nommé à la tête des Espoirs, l'ancien Gunner ne s’attendait pas à rencontrer autant de difficultés pour préparer les prochains Jeux olympiques. S’il a débuté la campagne des éliminatoires de l’Euro 2025 avec une nouvelle génération, il profite de cette fenêtre printanière sans match officiel pour "roder" cette génération en y intégrant des joueurs nés à partir du 1er janvier 2001 pour jouer deux rencontres amicales contre les U23 de la Côte d’Ivoire (22 mars à Châteauroux) et les Etats-Unis (25 mars à Sochaux).

Ils sont ainsi six joueurs de 2001 à avoir été appelés: Lucas Chevalier (Lille), Bafodé Diakité (Lille), Adrien Truffert (Rennes), Manu Koné (Gladbach), Khéphren Thuram (Nice) et Joris Chotard (Montpellier). Ce dernier a déclaré forfait ce lundi à cause d’un mollet douloureux. L’idée étant de trouver, déjà, un équilibre entre ces générations avant d’y intégrer les joueurs "hors d’âge" pour la compétition.

Pour l’heure, l’actualité est au tirage au sort du tournoi final. Ce sera ce mercredi 20 mars, vers 20h30, que la France (tête de série en tant que pays hôte) sera fixée. Les tricolores ne pourront pas tomber contre l’Argentine également tête de série ainsi que les deux finalistes de la confédération asiatique. Ce tournoi pré-olympique pour la zone Asie se déroulera du 15 avril au 3 mai au Qatar. La France ne pourra pas tomber non plus contre une nation européenne: l’Espagne dans le chapeau 2 ou encore Israël et l’Ukraine dans le chapeau 4. Une fois le tirage connu, Thierry Henry et son staff vont finaliser la préparation des JO. Un rassemblement début juin aura lieu à Clairefontaine. Un stage en France et trois rencontres amicales sont à caler en sachant que les "Olympiques" devraient investir leur camp de base près d’Aix-en-Provence.

Article original publié sur RMC Sport