Jean-Baptiste Moreau : « Refuser de parler du voile renforce nos oppositions »

Propos recueillis par Géraldine Woessner
·1 min de lecture
Auteur d’amendements contre le port du voile pour les fillettes rejetés par sa majorité, Jean-Baptiste Moreau, le député LREM de la Creuse, regrette l'absence de débat.
Auteur d’amendements contre le port du voile pour les fillettes rejetés par sa majorité, Jean-Baptiste Moreau, le député LREM de la Creuse, regrette l'absence de débat.

Porté par les députés LREM Aurore Bergé et Jean-Baptiste Moreau, l'amendement visant à l'interdiction du port du voile pour les petites filles promettait des échanges tendus? « Depuis la loi de 2004, le sujet traumatise la communauté musulmane, qui se sent stigmatisée sitôt qu'on l'aborde », confie une ministre, embarrassée. Alors que s'ouvrait ce lundi l'examen du projet de loi séparatisme, « il n'y avait pas de raison de le remettre sur le tapis, parce qu'il faut choisir nos batailles à un moment où notre pays va mal ». Fermement opposé à cet amendement susceptible de polluer les débats, l'exécutif ne voulait pas en entendre parler, pas plus que la majorité des députés Marcheurs, inquiets de voir les débats tourner à la foire d'empoigne. Déclaré irrecevable par la commission spéciale présidée par François de Rugy, en même temps que 250 amendements sur près de 1 800 déposés, le sujet ne sera même pas débattu. Le député LREM de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau, prend acte, mais n'abandonne pas son « combat ».

Le Point : Pourquoi avoir déposé un amendement contre le port du voile des petites filles ?

Jean-Baptiste Moreau : On sait très bien que le voile n'a pas grand-chose à voir avec l'islam, mais tout à voir avec la soumission à l'ordre patriarcal tel qu'il a été établi, notamment en Iran et en Afghanistan où les femmes ne le portaient pas avant l'ayatollah Khomeini. Mais, à partir du moment où une femme jouit de son libre arbitre et souhaite porter le voile [...] Lire la suite