"J'ai été embarquée": Laura, piégée dans sa voiture lors des inondations, raconte son sauvetage par les gendarmes

·2 min de lecture
Deux gendarmes ont sauvé une jeune femme bloquée dans sa voiture à cause des inondations, mardi 14 septembre 2021 à Nîmes (Gard) - Ville de Nîmes / Nîmes métropole
Deux gendarmes ont sauvé une jeune femme bloquée dans sa voiture à cause des inondations, mardi 14 septembre 2021 à Nîmes (Gard) - Ville de Nîmes / Nîmes métropole

La scène se déroule mardi à Nîmes. Il est un peu plus de midi dans la préfecture du Gard lorsque l'eau monte brusquement. Le département, placé par Météo-France en vigilance orange aux orages, inondations et crues, fait face à de violentes intempéries, à l'instar d'autres départements du Sud-Est. Celles-ci causeront la mort par noyade de 9 personnes sur la côte méditerranéenne, en raison du phénomène de houle.

Laura Diaz, 22 ans, est au volant de sa voiture. La jeune femme sort du travail et profite de sa pause de la mi-journée pour rentrer chez elle lorsqu'elle est surprise par la montée des eaux.

"J'ai été embarquée, je ne savais pas trop quoi faire", raconte-t-elle à BFMTV.com. "Ma voiture flottait, j'essayais par tous les moyens de sortir mais tout était bloqué", poursuit-elle, évoquant des moments éprouvants et "interminables".

Une chaîne humaine

Indemne physiquement mais choquée, Laura a été sauvée par deux gendarmes et plusieurs personnels d'un salon de coiffure. L'adjudant Franck Delenat, 44 ans et aux commandes de la brigade territoriale autonome de Nîmes, se trouvait à proximité avec un équipier.

"On bloquait la route", raconte-t-il, lorsqu'un passant est venu donner l'alerte. "On est sortis immédiatement pour porter secours", poursuit le gendarme.

À proximité se trouvait un salon de coiffure, situé en surplomb et donc à l'abri des flots. "Mon collègue leur a demandé de s'accrocher et a organisé une petite chaîne humaine de quatre personnes", permettant aux gendarmes d'accéder à l'habitacle de la voiture où se trouve alors Laura Diaz, submergé par "1 mètre à 1,50 mètre" d'eau, estime-t-il.

"Dans un premier temps, tout est bloqué. On essaie d'ouvrir mais on n'y arrive pas. On réussit à lui faire ouvrir la vitre", explique Franck Delenat.

L'adjudant parvient à extraire la jeune femme par la vitre. Les deux gendarmes la portent jusqu'à la chaîne humaine. Laura Diaz a ensuite été accueillie par les personnels du salon de coiffure.

Une jeune femme sous le choc

En repartant pour d'autres missions, l'équipier de Franck Delenat se retrouve "happé par un trou dans la chaussée". Le gendarme évoque cet incident comme "le moment le plus critique", où il a fallu l'extraire des flots.

À BFMTV.com, Franck Delenat explique avoir déjà procédé à des sauvetages en milieu aquatique, mais pas au niveau de mardi. Des missions qui "arrivent" mais qui ne sont pas au coeur de leur métier, souligne-t-il.

Deux jours après les faits, Laura Diaz confie essayer "de ne pas trop y penser". Sa voiture est devenue inutilisable, elle a dû louer un autre véhicule afin de pouvoir travailler. "J'ai eu de la chance", estime-t-elle.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles