Lova Moor : « À 6 ans, j'étais déjà exhibitionniste »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Lova Moor, sur le plateau du « Bar de la plage », l'émission de Thierry Ardisson.
Lova Moor, sur le plateau du « Bar de la plage », l'émission de Thierry Ardisson.

Elle fut une icône pour de nombreux hommes pendant trois décennies. Un physique avantageux, une réputation diabolique et une carrière bien remplie… Lova Moor, le pseudonyme a fait tourner beaucoup de têtes, fut meneuse de revue et chanteuse. En 1992, dans l'émission Bar de la plagedisponible sur la chaîne INA ArdiTube –, Lova Moor passe à confesse auprès de Thierry Ardisson qui ne rate aucune allusion ou occasion pour interroger l'interprète de « Et je danse ».

En 1946 naît Marie-Claude Jourdain, une petite fille de la campagne. « Je suis une paysanne plantureuse », se marre-t-elle sûre de son effet. Rien ne prédestinait cette petite Charentaise à devenir le fantasme de la gent masculine des années 1970 et 1980. Mais dès son plus jeune âge, on remarque son physique avantageux. « J'étais déjà exhibitionniste. À 6 ans, je dansais tout nu sur la table du salon », explique-t-elle. Les études ne passionnent pas la jeune Marie-Claude qui passe ses nuits dans les boîtes de nuit parisiennes. Un chorégraphe la repère et lui offre des cours gratuits : voilà Lova Moor – surnom donné par son Alain Bernardin, fondateur du Crazy Horse – dans le légendaire cabaret.

« Je n'aime pas les hommes jeunes »

Côté cœur, Lova Moor commence tôt. « J'ai dû échanger mon premier baiser sur l'île d'Oléron, je ne savais pas qu'il fallait ouvrir la bouche et mettre la langue, se souvient-elle. J'ai raconté à ma mère qui m'a dit : “c'est normal, va falloir que tu t'habitues ma petite fill [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles