Publicité

Israël-Hamas: le poète palestinien Refaat Alareer, auteur d'un texte viral sur la guerre, tué dans une frappe à Gaza

Le poète palestinien Refaat Alareer est mort dans une frappe survenue dans la bande de Gaza, dans le cadre de la guerre opposant Israël au Hamas. Sa famille et ses amis ont rendu hommage vendredi 9 décembre à cet intellectuel, admirateur de Shakespeare, auteur d'un poème sur la guerre devenu viral sur les réseaux sociaux, mais aussi critiqué pour ses déclarations controversées sur Israël.

Le professeur de littérature anglaise à l'université islamique de Gaza a été tué après des frappes meurtrières dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué dans la nuit de jeudi à vendredi ses proches et le ministère de la Santé du Hamas.

"Nous sommes enveloppés dans d'épaisses couches de poudre à canon et de ciment", écrivait Refaat Alareer dans l'un de ses derniers messages sur le réseau social X (ex Twitter), le 4 décembre.

"Nombreux sont ceux qui restent piégés à Chajaya", dans l'ouest de la ville de Gaza, "dont quelques-uns de mes enfants et des membres de ma famille", s'alarmait-il le même jour.

Il refusait de quitter le nord de Gaza

À Gaza, l'offensive et les bombardements de l'armée israélienne ont fait près de 17.500 morts, à 70% des femmes, des enfants et des jeunes de moins 18 ans, affirme le ministère de la Santé du Hamas, en riposte aux attaques du 7 octobre menées par le Hamas et qui ont fait au moins 1.200 morts.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Quelques jours après le début des opérations terrestres israéliennes fin octobre, Refaat Alareer avait dit refuser de quitter le nord de Gaza, épicentre alors des combats.

"Il n'existe aucun endroit sûr à Gaza, c'est pourquoi il a choisi de rester dans sa maison", explique son cousin Mohamed Alareer, qui a perdu "un ami à vie, tombé en martyr".

"Toute la famille lui avait demandé de partir car c'était très dangereux mais il répondait toujours: 'je suis seulement un universitaire, un civil, chez moi. Je ne partirai pas'", confie ce professeur d'histoire, présent vendredi à ses funérailles. "L'occupation (israélienne) est sans pitié et n'a aucune considération pour les universitaires, les médecins, les enseignants ou les journalistes".

Un poème devenu viral

Il avait publié sur X un poème devenu viral intitulé "If I must die" ("Si je devais mourir") qui se conclut par ces mots: "Que cela apporte de l'espoir, que cela soit un conte".

"Repose en paix Refaat Alareer. Nous continuerons à être guidés par ta sagesse, aujourd'hui et pour l'éternité", a témoigné l'auteur et journaliste Ramzy Baroud.

L'universitaire était l'un des cofondateurs du projet "We are not numbers" ("Nous ne sommes pas des chiffres"), jumelant des auteurs de Gaza à des "mentors" à l'étranger qui les aident à écrire des récits en anglais sur leur quotidien.

Des déclarations controversées sur Israël

Refaat Alareer était décrié pour certaines déclarations sur X, où il était suivi par plus de 95.000 abonnés, après le 7 octobre.

Il y a notamment récusé les "mensonges/accusations de viol visant les Palestiniens", des "allégations" utilisées selon lui comme "un écran de fumée pour justifier le génocide de Gaza", en référence aux accusations de violences sexuelles qui auraient été commises par des hommes du Hamas le 7 octobre. Le mouvement islamiste avait rejeté ces accusations.

Des médecins et responsables israéliens affirment de leur côté que de multiples violences - dont des viols, viols en réunion et mutilations -, sont déjà largement documentées, à l'appui de témoignages directs et d'enquêtes médico-légales.

Refaat Alareer avait aussi déclenché une polémique lors d'une interview sur la BBC en qualifiant de "légitime et morale" l'attaque du 7 octobre, la comparant "au soulèvement du ghetto (juif) de Varsovie" durant la Seconde Guerre mondiale.

Le poète palestinien avait édité le livre "Gaza writes back", des chroniques de la vie à Gaza par de jeunes auteurs palestiniens, et publié "Gaza unsilenced", non traduits en français. Passionné de Shakespeare, Refaat Alareer enseignait l'œuvre du tragédien anglais à ses étudiants à l'université de Gaza.

Article original publié sur BFMTV.com