Publicité

Guerre Israël-Hamas: ces trois chiffres qui montrent l'ampleur des combats à Gaza

Israël et le Hamas sont entrés en guerre le 7 octobre. Depuis, l'armée de l'État hébreu bombarde Gaza dans l'objectif d'éradiquer le groupe terroriste. Les infrastructures et les civils sont aussi touchés.

La guerre qui oppose l'organisation terroriste du Hamas et Israël est entrée cette semaine dans son deuxième mois. Depuis 62 jours, l'armée de Tsahal bombarde la bande de Gaza dans le but d'éradiquer l'organisation responsable de l'attaque du 7 octobre.

Une opération militaire qui implique aussi un lourd coût pour la population civile, comme l'a communiqué ce vendredi 8 décembre Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU. Alors que plusieurs pays pressent un "cessez-le-feu immédiat", il a listé l'ampleur des dégâts.

• 85% de la population déplacée

La bande de Gaza est l'une des zones les plus densément peuplées au monde, avec environ deux millions d'habitants sur une enclave d'à peine 360km². Dès les premiers jours du conflit, Tsahal a appelé les civils gazaouis à évacuer le nord de la bande pour qu'ils ne soient pas pris dans les combats.

"Pour votre sécurité immédiate, nous demandons à tous les habitants du nord de la bande de Gaza et de la ville de Gaza de se déplacer temporairement vers le sud", demandait fin octobre Daniel Hagari sur X (ex-Twitter).

Les Nations unies avaient par ailleurs décrié cette demande d'Israël pouvant constituer un "transfert forcé de civils", une possible "violation du droit internationale" selon Ravina Shamdasani, la porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU chargée des droits de l'Homme.

• 300.000 logements totalement ou partiellement détruits

Toujours selon Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, les logements des Gazaouis ont été détruits par les combats et les bombardements. Au total, 300.000 logements ont été totalement ou partiellement détruits depuis le 7 octobre, soit 60% des logements de la bande de Gaza.

Des Gazaouis ont été filmés en train de chercher leurs effets personnels sous les décombres d'immeubles détruits par les bombardements, en vain. Une destruction déjà visible le 21 octobre 2023 grâce à des images satellites montrant des villes balayées.

• 56 établissements de santé bombardés, un système "à genoux"

"L'enclave palestinienne ne peut pas se permettre de perdre une ambulance ou un hôpital de plus", regrette l'Organisation mondiale de la santé. Selon cet organisme, de nombreuses attaques ont été dirigées contre les services de santé depuis le 7 octobre, ce sont 56 établissements de santé et 59 ambulances qui ont été frappés ou détruits dans les combats de la bande de Gaza.

"Le système de santé de Gaza est à genoux", a regretté le chef de l’agence de santé de l’ONU, Tedros Adhanom Ghebreyesus. "Nous avons besoin de la paix pour la santé", a-t-il insisté.

L'hôpital d'Al-Shifa à Gaza a été pendant plusieurs jours au centre de toutes les attentions. Selon Israël, le centre avait été utilisé par les terroristes du Hamas, tout comme certaines ambulances.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guerre Hamas-Israël : Des Palestiniens dévêtus détenus par les forces israéliennes