Publicité

Israël-Hamas : les images en plein coeur du bombardement d'une ville de la bande de Gaza

Près de deux mois après le début de la guerre entre Israël et le Hamas, un journaliste palestinien a filmé mardi 5 décembre les conséquences d'un bombardement dans la bande de Gaza quelques secondes après la frappe.

Des images impressionnantes. Le mardi 5 décembre, un bombardement touche la ville de Deir Al-Balah, située au centre de la bande de Gaza. Motaz Azaiza, un journaliste palestinien, est présent à proximité et filme les secondes qui suivent l'explosion.

Scène de chaos au milieu des décombres

Mardi dernier, un épais nuage de fumée s'échappe au bout d'une route et assombrit le ciel de Deir Al-Balah. Une frappe israélienne vient de toucher la ville gazaouie, comme de nombreuses autres, près de deux mois après le début du conflit entre Israël et le Hamas.

Le journaliste palestinien se met à courir précipitamment en direction du lieu de l'impact et s'approche des immeubles détruits. Avec sa caméra, il avance au milieu des décombres et montre les premiers dégâts causés par l'explosion.

Il en ressort une scène de chaos, entre bâtiments détruits, épaisse fumée et débuts d'incendies. Des cris de panique et des pleurs retentissent en fond sonore, certains habitants tentant de fuir, d'autres cherchant leurs proches. Un bruit de sirène se fait également entendre.

Plusieurs dizaines de victimes

Les images sont particulièrement difficiles à regarder, des blessés et des morts gisant au sol, parfois le corps couvert à la hâte par une couverture. Un homme fuit les lieux, portant une fillette inerte dans les bras. BFMTV a choisi de flouter les visages des victimes.

Le journaliste Motaz Azaiza est soudainement interpellé par un homme au sol, le visage en sang et gémissant de douleur. "Attends un peu, on va t'évacuer", lui promet le reporter, avant de demander aux personnes se trouvant à proximité de lui apporter une couverture. Le blessé est finalement pris en charge, il semble souffrir d'une fracture ouverte.

Autour, la confusion règne toujours, entre angoisse, douleur, mais aussi lueur d'espoir: un homme passe en courant avec un jeune enfant dans les bras et crie, "il est vivant!"

Contactée par BFMTV, l'armée israélienne refuse de confirmer si elle est à l'origine de cette frappe. Sur les images du journaliste, nous avons dénombré 26 victimes, sans que l'on puisse dire si elles sont mortes ou blessées. Le directeur de l'hôpital de la ville parle de son côté de 45 tués, dont plusieurs enfants.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Je ne voyais pas devant moi et je n'arrivais pas à respirer" : un Gazaoui raconte comment un tir de roquette a détruit son quartier