Publicité

Israël-Hamas: les États-Unis envoient de l'aide à Gaza via trois avions militaires

Les Etats-Unis vont envoyer en Egypte trois avions militaires chargés d'aide destinée à la bande de Gaza à partir de mardi, ont annoncé des responsables de la Maison Blanche.

Les appareils, dont le premier doit arriver mardi et les deux autres suivre "dans les prochains jours", seront chargés d'aide médicale et alimentaire ainsi que d'équipements pour l'hiver, qui seront distribués par les Nations Unies, ont-ils précisé lors d'un entretien avec la presse lundi, dont le contenu était sous embargo.

Ils ont affirmé que le président américain Joe Biden, qui se présente comme le premier soutien d'Israël, avait aussi été "le fer de lance des efforts internationaux de réponse à la crise humanitaire à Gaza".

240 camions d'aide par jour

L'un de ces responsables a estimé par ailleurs que la quantité d'aide humanitaire arrivant par la route dans la bande de Gaza avait augmenté, totalisant désormais 2.000 camions de nourriture mais aussi de carburant, de médicaments et de matériel nécessaire au fonctionnement des infrastructures de dessalinisation de l'eau de mer.

"Nous avons atteint en un peu plus de quatre semaines une cadence soutenue de 240 camions par jour", a dit l'un des responsables.

Il a assuré que l'aide livrée et le carburant fourni n'étaient "pas liés à la libération d'otages" par le Hamas, même si "nous avons évidemment profité au maximum de la pause destinée à la libération des otages pour faire bouger le plus (d'aide) possible."

Israël et le Hamas ont décidé de prolonger une trêve observée depuis vendredi à Gaza, territoire palestinien assiégé et dévasté par sept semaines de bombardements israéliens, en représailles à l'attaque sanglante lancée par le Hamas contre Israël le 7 octobre.

Cette trêve, la première depuis le début de la guerre, a notamment permis la libération, au total, de 69 otages détenus par le Hamas à Gaza.

"Maintenir la cadence"

"Nous avons fait savoir très clairement que lorsque cette phase de libération des otages sera terminée, la cadence actuelle (d'acheminement d'aide), ou idéalement des cadences supérieures, doit être maintenue", a ajouté le responsable américain, qui n'a pas souhaité être identifié.

Il a jugé toutefois que le rythme actuel de 240 camions par jour n'était "pas suffisant pour retrouver un semblant de vie quotidienne pour les civils" et qu'il faudrait passer à une nouvelle phase impliquant l'entrée de "marchandises commerciales", pour arriver à entre 300 et 400 camions par jour.

Par ailleurs, les autorités américaines ont selon lui fait savoir à Israël qu'il était "très important" que leur offensive militaire, quand elle s'étendra au sud de l'enclave, soit menée de manière à éviter "de nouveaux déplacements importants de population".

"Il n'est pas possible que le déplacement qui s'est produit dans le nord (de la bande de Gaza) se reproduise à la même échelle dans le sud", a-t-il averti, car cela "dépasserait les capacités de n'importe quel réseau d'aide humanitaire."

Allié d'Israël

Joe Biden, qui est accusé par des activistes d'avoir sacrifié les Palestiniens au nom du soutien à Israël, a beaucoup insisté récemment sur ses efforts pour faire livrer de l'aide humanitaire à la population de la bande de Gaza qui survit dans des conditions désastreuses.

D'après les autorités israéliennes, 1.200 personnes, en grande majorité des civils, ont été tuées lors de l'attaque lancée par des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza.

En représailles, Israël a promis d'"anéantir" le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, bombardant sans relâche le territoire palestinien et lançant le 27 octobre une offensive terrestre, jusqu'à la trêve. Dans la bande de Gaza, 14.854 personnes, dont 6.150 âgées de moins de 18 ans, ont été tuées par les frappes israéliennes, selon le gouvernement du Hamas.

Article original publié sur BFMTV.com