Publicité

"Il a vécu des horreurs": la tante d'Eitan, ex-otage français de 12 ans, raconte ses conditions de détention par le Hamas

Lundi 27 novembre, 11 otages du Hamas ont pu retourner en Israël. Trois mineurs Français ont pu quitter Gaza où ils étaient retenus dans des conditions difficiles. La tante d'Eitan, 12 ans, raconte des actes "inimaginables".

"Ce sont des monstres". Trois jeunes otages français détenus par le Hamas ont été libérés lundi 27 novembre dans le cadre d'un accord de trêve temporaire avec Israël. Physiquement ils se portent bien, comme l'a laissé entendre la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna.

Pourtant, comme l'a indiqué à BFMTV la tante du jeune Eitan, 12 ans, ces 51 jours de détention risquent de laisser de sévères marques. Selon son témoignage, son neveu "a vécu des horreurs" entre les mains du Hamas.

"Chaque fois qu'un enfant a pleuré, ils l'ont menacé avec une arme pour qu'il se taise", rapporte Deborah Cohen. "Arrivé à Gaza, tous les civils, tout le monde l'a tapé. On parle d'un enfant de 12 ans!"

La joie des premiers instants laisse place à une part d'amertume. Deborah Cohen est particulièrement choquée d'apprendre que le jeune franco-israélien a dû regarder "le film de l'horreur", les images des attaques du groupe terroriste en Israël le 7 octobre dernier.

"Hier on était tellement contents (...) mais maintenant, quand je sais ça, je m'inquiète", s'émeut la tante. "C'est inimaginable, je ne sais pas qui peut faire des choses comme ça".

Un traumatisme à surmonter

Quelques heures après son retour auprès de sa famille, l'état du garçon interroge sa proche. "Comment peut-on se sentir bien avec une expérience comme ça?", se demande-t-elle.

"C'est un enfant calme, ça va lui prendre du temps pour qu'il fasse sortir ses émotions", souligne Deborah Cohen. Après ces sévices, elle espère malgré tout que "beaucoup d'amour"," beaucoup de câlins", "être entouré par toute sa famille" et le travail des psychologues lui permettront de surmonter ces épreuves.

En plus de l'expérience traumatisante aux mains du Hamas, Eitan Yahalomi gardera en mémoire l'attaque du kibboutz de Nir Oz. Son père Ohad a défendu son foyer des terroristes lors de l'attaque. Depuis, il n'a pas été retrouvé. Deborah Cohen pense que son père est encore "là-bas", aux mains du Hamas, comme au moins 180 autres personnes.

Des Français majeurs sont toujours détenus par l'organisation terroriste à Gaza. La trêve organisée entre le Hamas et Israël devait s'achever ce mardi 28 novembre mais a été prolongée. De nouveaux otages devraient être libérés en échange de prisonniers palestiniens.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Israël-Hamas : le Qatar, acteur clé dans les négociations pour la libération des otages