INTERVIEW. "Une action urgente est nécessaire pour améliorer la qualité de nos aliments"

Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Qu'importe le continent, nous mangeons toujours aussi mal aujourd'hui qu'il y a trente ans, selon les conclusions de l'étude la plus complète jamais réalisée sur ce sujet. Pourquoi mangeons-nous si mal alors que nous avons accès à des aliments sains ? Décryptage avec Sciences et Avenir.

26% des maladies évitables dans le monde sont dues à une mauvaise alimentation. Même si l'accès à une nourriture saine est aujourd'hui bien plus facile qu'auparavant, nous ne mangeons pas mieux aujourd'hui qu'il y a trente ans selon . Les habitudes alimentaires de 185 pays ont été passées au crible entre 1990 et 2018. Et peu importe la région du monde, personne n'a drastiquement amélioré sa façon de manger. Pour comprendre à quel point notre façon de manger a stagné, les chercheurs de la Friedman school of nutrition science and policy de la Tuft university à Boston a imaginé un score par pays. L'échelle va de 0 pour un régime alimentaire très pauvre en nutriments, avec beaucoup de sucres et de viandes transformées, à 100 pour désigner un régime alimentaire avec assez de fruits, de légumes, de noix et de céréales complètes.

En moyenne, la plupart des pays ont un score autour de 40,3. Une amélioration minime de 1,5 point depuis 1990. En trente ans, les Etats-Unis, le Vietnam, la Chine et l'Iran font partie des pays où la possibilité de manger sain a nettement augmenté. En revanche, l'accès à des aliments équilibrés s'est détérioré en Tanzanie, au Nigeria mais aussi au Japon. Certains pays sortent leur épingle du jeu, avec des scores supérieurs à 50. Il s'agit du Vietnam, de l'Iran, de l'Indonésie et de l'Inde. Mais cela représente moins d'1% de la population mondiale. Les pays en bas du classement sont le Brésil, le Mexique, les Etats-Unis et l'Egypte. La France fait partie des pays avec un score entre 40 et 43, dans la moyenne des pays du monde. A l'échelle des continents, la région du monde avec le score le plus élevé est l'Asie du Sud, avec 45,7 sur 100, tandis que l'Amérique latine et les caraïbes ont un score de 30,3, le plus bas de tous.

Victoria Miller, chercheuse à la Friedman school of nutrition science and policy de la Tuft university et première auteure de l'article, décrypte cette étude pour Sciences et Avenir.

Sciences et Avenir : Pouvez-vous expliquer [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr