Instabilité. Haïti est au bord de la rupture

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Où s’arrêtera la crise haïtienne actuelle, émaillée de fortes violences, alors qu’un groupe d’opposants réclame le départ immédiat du président, Jovenel Moïse ? Le pays, parmi les plus pauvres du monde et en proie à des gangs surarmés, est malheureusement habitué à cette instabilité chronique. Explications.

Le lundi 8 février, la situation s’est encore aggravée en Haïti, un jour après que le président du pays caribéen, Jovenel Moïse, a dénoncé une tentative de coup d’État et fait arrêter plus d’une vingtaine d’opposants.

Sur le champ de Mars de la capitale, Port-au-Prince, où donne le palais présidentiel, “de violentes confrontations ont eu lieu en début d’après-midi avec des militants de l’opposition qui jetaient des pierres contre les forces de l’ordre. Ces derniers, policiers et militaires, ripostaient en tirant des cartouches de gaz lacrymogène contre les manifestants”, rapporte le site Haïti Press Network.

À lire aussi: Contestation. Le président haïtien assure avoir déjoué un coup d’État

Les tensions sont vives depuis qu’un regroupement hétéroclite d’associations et de partis politiques réclame le départ du président, contestant la durée et donc la date du terme de son mandat – 7 février 2021 pour les uns, 7 février 2022 selon la présidence.

Une armée de 400 hommes

Cette coalition a “nommé” le doyen de la Cour de cassation, Joseph Mécène Jean-Louis, président de transition. Le principal quotidien du pays, Le

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :