Publicité

Inondations en Polynésie: plus de 260 maisons touchées dont deux emportées

Plus de 260 maisons ont été inondées et deux d'entre elles emportées depuis 48 heures par les inondations consécutives à de fortes pluies en Polynésie, selon un bilan provisoire du Haut-commissariat de la République publié vendredi.

"Plus de 260 maisons ont été inondées, depuis 48 heures en Polynésie françaises, notamment dans les communes de Hitia'o Te ra, Taiarapu-Est, Taiarapu-Ouest et Teva i Uta. Deux d'entre elles ont été emportées", a indiqué dans un communiqué l'organisme gouvernemental. Ce dernier a interdit jusqu'à lundi "le franchissement au gué des rivières et cours d'eau", sous peine d'une amende de 150 euros.

Des intempéries jusqu'à lundi

Les intempéries doivent se poursuivre samedi selon Météo-France, qui maintient en vigilance orange pour fortes pluies les Iles sous le vent (Bora Bora, Maupiti, Raiatea, Huahine) et les Iles du vent (Tahiti et Moorea), ainsi que Tuamotu Nord Ouest en vigilance orange orages.

Les plages publiques ont été fermées et le Haut-commissariat "recommande d'annuler toutes les activités extérieures". Il recense 110 interventions des forces de l'ordre et de secours.

Les écoles fermées vendredi

Après l'effondrement d'un pont dans le village de Mahaena, un îlot sur une rivière a été ravitaillé par hélicoptère dans la nuit de jeudi à vendredi. Aucun des 130 habitants de ce quartier n'a accepté d'évacuer. Une vingtaine a dormi dans l'école du village selon son maire Abel Teihotu. La Fédération polynésienne de protection civile a ensuite ravitaillé les habitants au moyen d'une civière fixée sur une tyrolienne, au-dessus de la rivière en crue.

Les établissements scolaires, y compris l'université de la Polynésie française, sont restés fermés vendredi. La circulation est difficile en raison des routes inondées, en particulier sur la côte Est de Tahiti.

Plusieurs captages d'eau détruits

Sur la presqu'île tahitienne, plusieurs captages d'eau ont été détruits, privant les habitants d'eau potable. Le président de la Polynésie française Moetai Brotherson a dit jeudi que le conseil des ministres local prendrait lundi un arrêté de catastrophe naturelle.

Les pluies intenses sont fréquentes entre décembre et mars en Polynésie. Les amas de branchages, voire d'arbres entiers charriés par les rivières en crue puis bloqués sous les ponts provoquent souvent des inondations.

Article original publié sur BFMTV.com