Publicité

L’injection dans le cerveau d’un gène "incroyablement efficace" pourrait guérir l’alcoolisme

Grande avancée dans le domaine médical. Des chercheurs ont découvert qu’une thérapie génique pourrait certainement soigner l’alcoolisme. Explications.

glass cup between hands woman with a glass of whiskey in her hands in front of a window

L’alcoolisme serait-il sur le point d’être guéri ? C’est en tout cas ce que laisse entendre des chercheurs, dont les propos ont été relayés par le New York Post. En menant des tests sur des singes, ils auraient trouvé une piste intéressante qui permettrait aux malades et à leurs proches de retrouver espoir. Le but de leur recherche était de tester un type de thérapie génique, actuellement utilisée pour traiter la maladie de Parkinson, dans l’espoir qu’elle puisse un jour aider les personnes souffrant d’alcoolisme grave.

"Nous savons que nous pouvons amener les personnes souffrant de troubles liés à la consommation d'alcool à arrêter de boire pendant de courtes périodes" avec des drogues, a déclaré à Wired Kathleen Grant, neuroscientifique à l'Université de santé et des sciences de l'Oregon tout en rappelant l’inefficacité de cette solution sur le long terme. "Le désir de boire à nouveau l'emporte souvent sur la prise de médicaments".

À LIRE AUSSI : Boire de la bière serait bon pour votre intestin et pourrait protéger votre cœur

Dans un premier temps, les scientifiques ont réussi à transformer huit singes macaques rhésus en gros buveurs en leur proposant, au fil du temps, des concentrations croissantes d'alcool. Puis, une fois qu’ils étaient addicts, Grant et son équipe ont injecté une thérapie génique dans le cerveau de quatre des huit singes alcooliques. Les injections contenaient une protéine de facteur de croissance appelée facteur neurotrophique, dérivé de la lignée de cellules gliales ou GDNF. À noter que par le passé, le GDNF a montré, aux travers différentes études, qu’il pouvait stimuler la production de dopamine, un neurotransmetteur dans le cerveau qui joue un rôle important dans “le circuit de la récompense”.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Attention, vous ne le savez pas mais vous êtes peut-être déjà alcoolique"

“Cela a été incroyablement efficace”

"Cela a été incroyablement efficace. La consommation d’alcool est tombée presque à zéro”, a-t-elle déclaré dans un communiqué tout en développant les suites de l’expérience. "Pendant des mois, ces animaux choisissaient de boire de l'eau et évitaient tout simplement de boire de l'alcool. Ils ont réduit leur consommation au point qu’elle était si basse que nous n’avons enregistré aucun taux d’alcoolémie”. Un phénomène qui aurait, selon ses propos, perduré dans le temps, pendant un an. Nul ne sait, en revanche, si les effets auraient été bénéfiques plus longtemps, l'expérience s'étant arrêtée.

Comme elle l’a rappelé, la consommation aiguë d’alcool peut augmenter la dopamine. Cependant, “en en buvant de façon chronique, le cerveau s’adapte de telle manière qu’il diminue la libération de dopamine. Ainsi, lorsque les gens sont dépendants de l’alcool, ils n’éprouvent plus vraiment de plaisir à boire. Ils boivent davantage parce qu’ils ressentent le besoin de maintenir un état d’ébriété”. L’apport de dopamine pourrait donc stopper leur envie irrépressible de consommer.

Seulement voilà : Des essais sur les hommes ne sont pour le moment pas envisagés. La thérapie génique est irréversible et altère de façon permanente le cerveau, soulevant des problèmes médicaux et éthiques. "Ce serait plus approprié pour les personnes qui ont déjà démontré que toutes nos approches thérapeutiques normales ne fonctionnent pas pour elles", a-t-elle conclu. Comme une sorte de dernier recours.

VIDÉO - Laurence Cottet, ancienne alcoolique : "J’étais incapable d’avoir une relation sexuelle sans alcool, j’étais une fille facile"