Publicité

INFO BFMTV. L'amiral Philippe de Gaulle, fils du général, est mort

L'amiral Philippe de Gaulle, fils du premier président de la Ve République, est mort dans la nuit de mardi à mercredi 13 mars, a appris BFMTV auprès de sa famille.

Sénateur de Paris entre 1986 et 2004 sous l'étiquette du RPR, puis de l'UMP, il avait, au préalable, mis fin à sa carrière militaire en 1982.

Selon les informations de l'AFP, qui cite également sa famille, Philippe de Gaulle est décédé à "l'Institution nationale des Invalides dont il était pensionnaire depuis deux ans".

Emmanuel Macron a demandé la tenue d'un hommage national "la semaine prochaine aux Invalides" en sa mémoire. Il a, en Conseil des ministres, rendu hommage au "grand résistant, un compagnon de la Libération, engagé dès les premières heures de la Libération".

"Honneur et simplicité"

Né le 28 décembre 1921 à Paris, Philippe de Gaulle, ancien élève de l'Ecole navale, s'était engagé dès 1940 dans les Forces navales françaises libres. Il avait participé comme enseigne de vaisseau aux campagnes dans l'Atlantique Nord jusqu'en 1944, puis à la campagne de France (1944-45) dans la division Leclerc. Lieutenant de vaisseau en 1948, capitaine de corvette en 1956, amiral en 1980, il avait mis fin à sa carrière militaire deux ans plus tard.

Le cadet de ses quatre fils, Pierre de Gaulle, lui a rendu hommage sur X (ex-Twitter): "Saluons la mémoire d'un père formidable et d'un grand Français, dont le sens du devoir n'avait d'égal que l'élégance et la modestie. Vision, honneur et simplicité, c'est cela finalement le gaullisme."

Engagement pour la mémoire de son père

Philippe de Gaulle a oeuvré pour la préservation de la mémoire du général. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur ce dernier, dont "De Gaulle, mon père", un succès d'édition.

Il s'agissait, pour le "fils ébloui", comme il le disait, d'humaniser son illustre géniteur, icône de son vivant, chef de la France libre et ancien président de la République, décédé en 1970.

En septembre 2022, il avait écrit une lettre de "condoléances émues" à Charles III, après le décès de sa mère Élisabeth II, lui Philippe de Gaulle, dont le père avait des relations "exceptionnelles" avec Windsor.

Article original publié sur BFMTV.com