Publicité

"C'est extrême, je sais": une mannequin indienne simule sa mort pour sensibiliser au cancer du col de l'utérus

Un mannequin indien de 32 ans a annoncé sa mort sur ses réseaux sociaux, après un cancer du col de l'utérus. Elle a révélé ce samedi 3 février qu'il s'agissait d'un mensonge, destiné à sensibiliser à cette maladie.

Un canular qui ne passe pas. Un mannequin indien a déclenché une tempête en ligne ce samedi 3 février après avoir avoué qu'elle avait simulé sa mort sur Instagram, dans une opération de communication destinée à sensibiliser au cancer du col de l'utérus.

Poonam Pandey "a courageusement combattu la maladie" et est décédée, avait annoncé un communiqué vendredi sur ses réseaux sociaux.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Des médias locaux ont publié des nécrologies de la femme de 32 ans, et sa page Wikipédia a été mise à jour après sa mort apparente, tandis que des stars de Bollywood lui ont rendu hommage.

Une mort "simulée"

Mais certains ont commencé à douter du décès de la jeune femme, au vu notamment d'images la montrant, apparemment en bonne santé, à bord d'un bateau à Goa, publiées quatre jours avant.

Poonam Pandey a ensuite avoué à ses 1,3 million d'abonnés dans une autre vidéo publiée sur Instagram que sa mort était un canular.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

"Oui, j'ai simulé ma disparition, c'est extrême je sais. Mais soudainement, nous parlons tous du cancer du col de l'utérus, n'est-ce pas?", a écrit Poonam Pandey.

"Je suis fière de ce que l'annonce de mon décès a pu accomplir".

De nombreuses critiques sur les réseaux sociaux

De nombreux internautes ont fustigé la jeune femme pour avoir voulu attirer l'attention sur elle à tout prix.

"S'engager dans une opération trompeuse, comme simuler sa mort, sous couvert de 'sensibilisation' est non seulement contraire à l'éthique mais aussi manipulateur", s'est indigné un internaute.

"Honte à vous (...) la prochaine fois, personne ne prendra votre vraie mort au sérieux!", a écrit un autre.

L'Inde particulièrement touchée par ces cancers

La jeune Indienne a commencé sa carrière de mannequin en 2010 et a vite gagné en notoriété pour son extravagance. Elle avait promis de se déshabiller pour l'équipe indienne de cricket si elle remportait la Coupe du monde de cricket de 2011, puis a publié une vidéo où on la voit enlever ses vêtements au stade Wankhede où s'est déroulée la finale. Elle s'est aussi illustrée dans des films de Bollywood, dont un thriller érotique en 2013, "Nasha".

L'Inde représente près d'un quart des cas de cancer du col de l'utérus dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé. Des ONG militent pour une campagne nationale de vaccination contre les infections à papillomavirus humain (VPH) pour les jeunes filles, ce qui dans d'autres pays a considérablement réduit l'incidence du cancer du col de l'utérus.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO -Shannen Doherty, son cancer propagé jusqu'aux os... mais freiné par un miracle : "On s'est rendu compte que..."