Inde: deux hommes arrêtés pour avoir volé de l'argent à l'aide de singes

Me.R.
·2 min de lecture
Un singe capturé après s'être introduit dans une zone résidentielle de Shimla, en Inde, en octobre 2020 (illustration) - Money SHARMA / AFP
Un singe capturé après s'être introduit dans une zone résidentielle de Shimla, en Inde, en octobre 2020 (illustration) - Money SHARMA / AFP

La police indienne a annoncé ce samedi avoir interpellé deux hommes accusés d'utiliser des singes pour voler de l'argent dans les rues de la capitale, New Delhi. Le duo a été arrêté après qu'un avocat s'est plaint auprès d'officiers de police que trois hommes avec des singes l'avaient encerclé et dévalisé de 6000 roupies (67,50 euros), a expliqué un responsable.

Un peu partout à travers le pays, les autorités sont confrontées à la menace que représentent les singes dans les principales villes, où ils n'hésitent pas à entrer dans les logements en quête de nourriture. Mais selon une loi de 1972, il est interdit de les capturer.

"La victime était à bord d'un rickshaw motorisé, les hommes sont montés à bord et ont demandé à un singe de s'asseoir sur le siège avant, un autre à l'arrière", a détaillé le responsable, "ils ont pris l'argent que l'avocat avait dans son portefeuille et se sont enfuis avec les singes".

Des attaques fréquentes

La police soupçonnait un gang d'être derrière d'autres attaques du même style et une équipe a été spécialement créée afin de rechercher les responsables, finalement arrêtés jeudi à un arrêt de bus, avec leurs complices à poils. Le troisième suspect a néanmoins pu s'enfuir alors que les singes ont été déposés dans un centre de secours pour animaux.

Des singes sont régulièrement entraînés pour réaliser des animations dans les rues du pays et des attaques de résidents par des groupes de primates ne sont pas rares.

En 2020, dans la ville de Meerut dans le nord du pays, un groupe de singes a ainsi attaqué un responsable médical et arraché des échantillons sanguins appartenant à des patients testés positifs au Covid-19.

Article original publié sur BFMTV.com