Publicité

Icon of the Seas : 5 choses à savoir sur le plus gros paquebot du monde

L'Icon of the Seas, nouveau plus grand paquebot au monde, a entamé sa croisière inaugurale le samedi 27 janvier 2024 au départ de Miami à destination des Caraïbes.

L'Icon of the Seas, le plus grand paquebot du monde (Crédit : REUTERS/Maria Alejandra Cardona)

Dans la polémique, il a largué les amarres. L'Icon of the Seas, nouveau plus grand navire de croisière du monde, a quitté Miami le samedi 27 janvier pour rejoindre les Caraïbes avant de retrouver son port d'attache de Floride à la fin du voyage. Entre-temps, le monstre des mers s’arrêtera à Basseterre, capitale de l'État de Saint Kitts and Nevis, avant de mettre le cap sur Charlotte-Amélie, dans les Iles Vierges américaines, puis sur l'île privée de Coco Cay, dans les Bahamas.

1 - Plus long que la tour Eiffel…

Désastre écologique pour les uns, prouesse technologique pour les autres, l’Icon of the Seas est à lui seul une ode à la démesure et au gigantisme. Un simple coup d’oeil à ses prestations suffit à donner le vertige : 2 805 cabines, 40 restaurants, 20 ponts, 9 jacuzzis, 7 piscines, une patinoire, un mini-golf et une vague artificielle. Au total, le bateau en pleine capacité peut accueillir près de 10 000 personnes à bord (jusqu'à 7 600 passagers et 2 350 membres d’équipage). Le paquebot abrite aussi le "plus grand centre aquatique des mers" au monde.

2 - … et 5 fois plus grand que le Titanic

Vous en voulez encore ? Attendez de connaître ses mensurations. Avec ses 365 mètres de long, il est 35 mètres plus long que la tour Eiffel si vous imaginez le monument couché. L’histoire ne dit pas si ses créateurs le décrivent comme insubmersible comme pour le Titanic mais il fait cinq fois sa taille avec ses 250 800 tonnes d'acier. Si aucun tarif officiel n’a filtré pour ce voyage, les prix oscilleraient entre entre 3 976 à 6 200 euros par personne pour un départ au mois de juin, rapporte 20 Minutes.

3 - 900 jours pour en venir à bout

Avant de rejoindre Miami, son port d’attache, le dernier navire estampillé Royal Caribbean a dû quitter les chantiers de Turku en Finlande, en novembre dernier. Pour bâtir cet immense navire immatriculé aux Bahamas, la compagnie maritime américano-norvégienne a fait confiance à la société de construction navale finlandais Meyer Turku.

Pour Royal Caribbean, la livraison de l’Icon of the Seas conclut sept années de rêve et 900 jours de construction. "Nous remercions Meyer Turku et les compétences de nos nombreux partenaires de nous avoir rejoints dans ce voyage. Les souvenirs que des millions de familles et de vacanciers garderont de l’Icon of the Seas seront notre plus belle réussite", a salué Jason Liberty, président-directeur général du groupe Royal Caribbean à l’automne dernier au moment du transfert de propriété entre Meyer Turku et Royal Caribbean. Le spécialiste des navires de croisière ne compte pas s'arrêter en si bon chemin puisque le Stars of the Seas, plus ou moins un frère jumeau de l'Icon of the Seas, est attendu pour l'été 2025.

VIDÉO - Le plus grand paquebot du monde prend la mer de Miami

4 - Un désastre écologique qui se rêve écolo

C’est certain, l’Icon of the Seas et écologie ne vont pas de paire. En plus de détériorer la faune marine, le navire déverse à chaque escale des milliers de passagers dans des villes qui croulent déjà sous les touristes. Pour se défendre des accusations d’aberration écologique dont elle fait logiquement l’objet, la compagnie maritime met en avant l’utilisation de Gaz naturel liquéfié (GNL) comme carburant.

Moins polluant que le fioul traditionnel, le paquebot va en revanche larguer dans l’air du méthane, autre polluant très nocif. Plusieurs études affirment que les navires utilisant le gaz naturel liquéfié peuvent émettre 70 à 80% de gaz à effet de serre en plus par voyage que ceux utilisant des carburants conventionnels, en grande partie à cause des fuites de méthane.

5 - Inauguré par un champion du monde

Dans la démesure jusqu’au bout de la proue, l’Icon of the Seas ne pouvait pas faire autrement que faire appel à une icône du sport pour baptiser son nouveau paquebot en la personne de Lionel Messi. L’octuple Ballon d’Or, qui défend les couleurs de l’Inter Miami depuis l’été dernier, a été invité à nommer le navire et à le bénir. Comme le veut la tradition, une bouteille de champagne s’est ensuite brisée sur la coque du bateau pour le baptiser. "C'est une grande fierté pour moi pour tout ce que ce navire représente pour la ville de Miami et pour le monde entier", a sobrement commenté le champion du monde argentin au cours de la cérémonie d'inauguration. En 2024, la compagnie de croisière devient aussi le nouveau sponsor maillot de l’Inter Miami.

VIDÉO - Icon of the Seas : le plus grand paquebot du monde est arrivé à Miami