Publicité

Il harcelait une influenceuse chaque jour depuis trois ans: un homme condamné à 5 ans de prison

Depuis plus de trois ans, Lucile, jeune influenceuse de 20 ans, est harcelée et menacée par un internaute. Le jeune homme a déjà été condamné à trois reprises.

"Je me demande jusqu'où il peut aller", confiait avec crainte Lucile à BFMTV.com en avril dernier. Il, c'est Florian T. qui harcèle et menace cette jeune femme de 20 ans, influenceuse lifestyle, depuis désormais trois ans et demi. Et les craintes étaient justifiées puisque le jeune homme de 23 ans vient d'être condamné à cinq ans de prison ferme pour des violences avec arme sur un ami de Lucile.

Florian T. a déjà été condamné à trois reprises en raison de son harcèlement quotidien envers Lucile. Cette fois-ci, la violence était montée d'un cran. Le 20 décembre, le jeune homme de 23 ans, originaire du Val-d'Oise, s'est présenté muni d'un couteau au domicile de l'influenceuse dans les Hauts-de-Seine. Il est parvenu jusqu'à la porte de l'appartement mais est intercepté par le compagnon de cette dernière.

Le petit-ami raisonne Florian T. mais arrivé en bas de l'immeuble, il croise Armigno, un ami de Lucile. Les deux hommes se connaissent déjà, le premier avait déjà menacé d'un couteau et suivi le second qui devait se rendre au restaurant pour retrouver la jeune femme. Armigno a dit jeudi au tribunal correctionnel de Nanterre qu'il a compris que c'était lui ou son amie. Une bagarre éclate, Florian T. blesse Armigno avec son couteau au bras, avant de prendre la fuite.

"On assume jusqu'au bout"

Présent devant le tribunal de Nanterre, Florian T. a à peu près insulté tout le monde. Il a menacé le tribunal, la procureure, l'avocat de Lucile, s'en est pris au public, traitant une personne de "gros tas", ou qualifiant l'intégralité de l'audience en présence de "fils de pute". Son père et son frère ont même dû être expulsés de la salle, montrant avec ferveur leur soutien à leur proche et approuvant ses actions.

"C'est une situation assez rare, souvent ce genre de prévenu fait profil bas à l'audience, là on assume jusqu'au bout", s'étonne auprès de BFMTV.com Me Julien Gasbaoui, l'avocat de Lucile et Armigno.

Florian T. n'a pas vraiment livré d'explication à cet acharnement envers Lucile. A l'audience, il a fait savoir que c'était sa mère qui suivait la jeune femme, qui délivre des conseils beauté sur les réseaux sociaux. Ce jour du 20 décembre, il assure être venu au domicile de l'influenceuse pour lui demander d'arrêter de parler de lui à ses quelque 920.000 abonnés sur TikTok, assurant que la médiatisation de ses messages alimentait sa haine.

Les parties civiles ont une toute autre lecture. "Il a clairement une volonté de tuer, il a prouvé qu'il pouvait aller jusqu'au bout dans sa démarche", redoute Me Gasbaoui.

Trois condamnations

Le harcèlement a débuté en juin 2021 avec un message de Florian T. qualifiant la jeune femme de "clocharde" car elle se déplace en RER. "Pour moi, ce n'était pas méchant, juste ridicule. Je lui ai répondu, je n'aurais jamais dû. Depuis il ne m'a jamais laissée", confiait Lucile il y a quelques mois.

Chaque jour, utilisant de nombreux comptes, il envoyait des messages à l'influenceuse, des photos, des vidéos, des menaces de viol et de meurtre à son encontre et à l'encontre de ses proches.

Lucile porte plainte une première fois en août 2021. L'acharnement de Florian T. se poursuit, alors la jeune femme s'épanche sur les réseaux sociaux. L'homme est interpellé puis jugé en comparution immédiate. Il écope de deux ans de prison avec sursis. A peine la sentence prononcée que le jeune homme, qui épie la jeune femme sur les réseaux sociaux et suit tous ses déplacements, récidive. C'est là qu'il menace Armigno une première fois avec un couteau. Le tribunal prononce cette fois une peine de huit mois de prison ferme. Il sera condamné une troisième fois.

La jeune femme est "soulagée" de cette condamnation. "Le temps qu'il passe en prison est l'unité de mesure de sérénité pour elle", déplore son avocat, qui explique que Lucile a pris la décision de quitter la France. Les derniers mots de Florian T. à son encontre avant d'être extrait du box des prévenus pour regagner la prison ont été: "Tu vas voir". "Qu'est-ce qui pourrait l'arrêter?", soupire alors Me Gasbaoui.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Journée internationale des droits des femmes : "Une main aux fesses, ce n’est pas du harcèlement, c’est une agression sexuelle"