Guerre en Ukraine: l'armée russe pilonne inlassablement le Donbass

Les frappes russes se multiplient dans l'est de l'Ukraine et notamment à Severodonetsk que Moscou tente de capturer à Kiev. Une église a été bombardée à Bogorodytchné et une soixantaine de personnes évacuées.

La Russie a continué de pilonner samedi l'est de l'Ukraine, multipliant les frappes à Severodonetsk, après avoir échoué à prendre le contrôle de la capitale ukrainienne.

Les troupes russes concentrent depuis mars leurs efforts sur l'est de l'Ukraine, où les combats sont intenses, après avoir échoué à prendre le contrôle de Kiev et de sa région.

Selon Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, "les Russes jettent tous leurs efforts pour capturer Severodonetsk" où les frappes "ont été multipliées plusieurs fois ces derniers jours".

"La ville est en train d'être détruite, comme auparavant ils ont détruit Roubijné et Popasna", a-t-il dénoncé samedi soir, affirmant que les forces russes avaient détruit le pont de Pavlograd "ce qui va beaucoup compliquer l'évacuation des civils et les livraisons des camions humanitaires".

Une église bombardée

La police ukrainienne a indiqué avoir évacué une soixantaine de personnes, dont des enfants, d'une église bombardée à Bogorodytchné, précisant qu'il n'y avait pas de victimes.

Plus au nord, le gouverneur de la région de Kharkiv Oleg Sinegoubov a déclaré que des localités des alentours avaient été visées par de nombreux tirs d'artillerie au cours des dernières 24 heures, qui ont fait un mort et vingt blessés. Kharkiv est la deuxième ville du pays, proche de la frontière russe.

Dans la région de Severodonestk, les Russes ont mené des offensives et des assauts sur plusieurs localités mais "ils ont été forcés de se replier sur les anciennes positions" et ont subi "des pertes", selon l'état-major ukrainien dimanche matin.

"Neuf attaques ont été repoussées ces dernières 24h dans les régions de Donestk et Lougansk", a-t-il précisé, faisant la liste des équipements russes détruits (chars, systèmes d'artillerie, véhicules blindés un drone Orlan-10, entre autres).

Dans la ville martyre de Marioupol (sud-est), largement détruite, près de 2.500 hommes des forces ukrainiennes se sont constitués prisonniers cette semaine, selon les Russes.

Ces résistants, retranchés pendant des semaines dans le complexe sidérurgique bombardé Azovstal après la prise de la ville par les Russes, "seront ramenés à la maison", a promis Volodymyr Zelensky sur ICTV, évoquant succinctement des discussions avec la France, la Turquie et la Suisse à ce sujet.

Une situation "extrêmement difficile" dans le Donbass

Volodymyr Zelensky, dans son habituel message vidéo posté samedi soir, a relevé que la situation militaire n'avait "pas évolué de manière significative", "mais ç'a été très difficile".

"La situation dans le Donbass est extrêmement difficile", a-t-il insisté. Mais l'armée ukrainienne "repousse cette offensive. Chaque jour que nos défenseurs perturbent les plans des Russes nous rapproche du jour crucial, (...) que nous désirons tous et pour lequel nous combattons. Le jour de la victoire".

L'état-major ukrainien a relevé dans son point matinal quotidien dimanche que l'armée russe continuait "ses frappes de missiles et aériennes sur tout le territoire", et même avait "augmenté l'intensité en utilisant l'aviation pour détruire des infrastructures cruciales".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Les Ukrainiens sont condamnés à attendre que Monsieur Poutine accepte un cessez-le-feu"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles