Publicité

Guerre en Ukraine: qui est le général Oleksandre Syrsky, nouveau commandant en chef des forces de Kiev?

Âgé de 58 ans, cet ex-chef de l'armée de terre est connu pour avoir défendu Kiev au début de l'invasion russe, faisant reculer les forces de Moscou. À l'automne 2022, celui qui a été sacré "héros de l'Ukraine", a également fait reculer l'armée russe de la région de Kharkiv.

Un nouveau commandant pour l'armée ukrainienne: Volodymyr Zelensky a annoncé ce jeudi 8 février avoir nommé le commandant en chef de l'armée de terre, Oleksandr Syrsky, comme nouveau chef d'état-major de l'armée ukrainienne. Il succède à Valery Zaloujny, mettant fin à plusieurs jours de spéculation autour de l'avenir de ce dernier.

Le chef de l'État a qualifié son nouveau commandant de "général le plus expérimenté d'Ukraine", mais lui a également demandé un plan "réaliste" pour 2024.

Défense de Kiev et de Kharkiv

Âgé de 58 ans, Oleksandre Syrsky a pour fait d'armes la défense de Kiev au début de l'invasion russe, participant à faire échouer le plan du Kremlin de faire plier l'Ukraine en quelques jours.

Début avril 2022, quelques jours après la retraite des Russes de la région de Kiev, qui actait le succès de la défense de la capitale ukrainienne, Volodymyr Zelensky remettait à son général le titre de "héros de l'Ukraine", la plus haute distinction nationale. Dans son décret, le chef de l'État salue son "courage personnel".

Six mois plus tard, à l'automne 2022, c'est encore Oleksandre Syrsky qui est aux commandes quand l'armée ukrainienne inflige une deuxième humiliation à Moscou en chassant l'envahisseur de la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine.

Un commandant pas très populaire

Pourtant, l'ex-commandant de l'armée de terre n'est pas devenu une icône nationale. Peu charismatique, le militaire, qui dirige l'armée de terre et les troupes dans l'Est du pays, pratique plutôt les sèches communications officielles. Mais il n'est pas pour autant un homme de bureau, selon ses services.

Il est "un des rares commandants hauts gradés à se rendre régulièrement sur la ligne de front", indique à l'AFP le porte-parole du front Est Illia Ievlach.

Certains lui reprochent une approche trop similaire à celle des généraux de l'URSS et d'être distant. Très discret sur sa vie personnelle, il est marié et père de deux fils, selon un porte-parole de l'armée interrogé par l'AFP.

L'influent site d'information Ukraïnska Pravda lui reproche de ne pas être sensible aux pertes. Il "s'est forgé la réputation d'un homme qui accorde plus d'importance à l'accomplissement des tâches qu'au nombre de vies qu'il sacrifie à cette fin", écrivait le site cette semaine.

Comme l'essentiel des hauts gradés de sa génération, Oleksandre Syrsky, qui est né en 1965 en URSS, dans la région de Vladimir, aujourd'hui en Russie, a fait ses études à l'école de commandement de l'armée rouge à Moscou.

L'un des chefs des opérations lors de l'annexion de la Crimée

Dès les années 1980, il est déployé en Ukraine, à l'époque encore une république de l'URSS. Mais à la chute de l'empire soviétique, il ne retourne pas en Russie, rejoignant les rangs de la toute nouvelle armée de l'Ukraine fraîchement indépendante et poursuivant des études à université de la défense nationale à Kiev.

Dans les années 2000, il commandait le 72e brigade mécanisée de l'armée ukrainienne basée à Bila Tserkva, à une centaine de kilomètres au sud de Kiev.

Il est promu général en 2009, puis en 2013 il participe au développement de la coopération avec l'Otan. Quand en 2014 la Russie annexe la péninsule de Crimée puis déclenche un conflit séparatiste dans l'est du pays, Oleksandre Syrsky devient l'un des chefs des opérations pour empêcher Moscou de prendre le contrôle de tout le Donbass.

Il a notamment dû coordonner la difficile retraite de la ville de Debaltsevé, un noeud ferroviaire important, au début de l'an 2015, où les Ukrainiens faisaient face à des forces plus nombreuses.

Deux ans plus tard, nouvelle promotion: Oleksandre Syrsky devient le commandant de toutes les opérations dans l'Est, où la ligne de front est désormais figée. La guerre s'y est alors muée en un conflit de basse intensité, et le restera jusqu'à l'invasion russe à grande échelle lancée par Vladimir Poutine le 24 février 2022.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - La guerre en Ukraine, carte à l'appui, jeudi 8 février 2024