Publicité

Greta Thunberg défile à Bordeaux contre de nouveaux forages pétroliers près d'Arcachon

La militante suédoise faisait étape à Bordeaux au lendemain d'un déplacement dans le sud de la France pour soutenir des opposants au projet d'autoroute A69 Toulouse-Castres.

La militante écologiste Greta Thunberg a défilé ce dimanche 11 février à Bordeaux dans un cortège de plusieurs milliers de manifestants réclamant l'arrêt d'un projet de huit nouveaux forages pétroliers près d'Arcachon (Gironde), alors que l'exploitation d'hydrocarbures doit s'arrêter progressivement en France d'ici 2040.

"Pétrole ras-le-bol" ou "Et puits quoi encore ?", pouvait-on lire sur les pancartes de militants réunis à l'appel du collectif Stop Pétrole Bassin d'Arcachon, qui a revendiqué 3.000 manifestants - 1.200 selon la préfecture.

"La sortie des énergies fossiles doit commencer maintenant en refusant ce projet", a réclamé Natalie Hervé, porte-parole du collectif, qualifiant ces forages de "mauvais signal" pour les ambitions environnementales de la France.

Opposition au projet de l'A69

Greta Thunberg, militante de la lutte contre le réchauffement climatique, faisait étape à Bordeaux au lendemain d'un déplacement dans le sud de la France pour soutenir des opposants au projet d'autoroute A69 Toulouse-Castres.

La jeune suédoise, keffieh palestinien et imperméable rose, n'a pas pris la parole ce dimanche. Mais elle a dansé et scandé des slogans en français et en anglais contre l'industrie pétrolière.

Le préfet devra trancher

Ces nouveaux forages près d'Arcachon sont souhaités par le groupe canadien Vermilion Energy, titulaire jusqu'au 1er janvier 2035 d'une concession exploitée depuis les années 1960 sur la commune de la Teste-de-Buch, dont la forêt avait été ravagée par les incendies monstres de l'été 2022.

Une cinquantaine de puits y produisent actuellement environ 1.500 barils/jour. Après un mois d'enquête publique, la commissaire enquêtrice a rendu un avis favorable.

L'instruction est désormais menée par la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) et le projet sera ensuite soumis à un comité départemental chargé de donner un avis au printemps.

Puis il appartiendra au préfet de la Gironde de trancher. En cas d'autorisation, les opposants laissent entendre qu'ils saisiront le tribunal administratif.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - La minute de Greta Thunberg