Publicité

A69: deux interpellations après des "affrontements" entre forces de l'ordre et opposants

Une intervention des forces de l'ordre est en cours ce vendredi 9 février après-midi dans le Tarn, tout près d'un camp d'opposants au projet d'autoroute A69 et à la veille d'un regain de mobilisation contre ce chantier controversé, a indiqué la préfecture.

"Il s'agit d'une opération de sécurisation de la voie publique" impliquant "un escadron de gendarmerie mobile (90 gendarmes)", a expliqué la préfecture à BFMTV précisant qu'une évacuation de la ZAD n'était pas prévue.

Une "opération de sécurisation" qui a eu lieu après des "affrontements" sur la commune de Saïx. La préfecture du Tarn nous indique que deux personnes ont été interpellées.

Des jets de pierres ont atteint les forces de l'ordre faisant deux blessés légers. Une gendarme a été blessée aux jambes après avoir reçu un pavé. Une blessure a priori sans gravité.

Du gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser les manifestants. Ces derniers ont placé des barricades sur la voie ferrée pour riposter provoquant l'arrêt de la circulation des trains.

Un appel à la mobilisation

Les militants anti-A69 appelaient depuis quelques jours à un "événement majeur de mobilisation" samedi et dimanche sur un terrain privé proche du tracé de l'autoroute qui doit relier Toulouse et Castres, mais le préfet du Tarn a annoncé en début d'après-midi avoir "pris un arrêté d'interdiction de manifestation et de rassemblement".

Sept camions de la gendarmerie et un véhicule de commandement, ainsi que des pompiers, se trouvaient à proximité de la parcelle boisée occupée par les opposants, ont constaté des journalistes de l'AFP qui, maintenus à une cinquantaine de mètres des lieux par un cordon de gendarmes, n'ont pas pu constater si des affrontements avaient effectivement lieu.

Le préfet, Michel Vilbois, avait justifié sa décision d'interdire le rassemblement en évoquant, dans un communiqué, "des risques de troubles majeurs à l'ordre public".

Le collectif d'opposants à l'autoroute A69, dont le chantier se poursuit, appelait à participer tout le week-end à Saïx à un événement intitulé "La Cabanade", selon un communiqué diffusé vendredi.

Les opposants déjà sur place, une centaine selon un porte-parole, "résistent", peut-on lire sur la boucle Telegram vendredi après-midi après le déclenchement de l'opération des forces de l'ordre. "Quoi qu'il advienne: RDV pour la Cabanade", y ajoute l'un des militants.

Une centaine de personnes

Le week-end de mobilisation devait être "un événement majeur de mobilisation et de construction aux alentours de la ZAD de la Crém'arbre à Saïx, lieu d'occupation au sol et dans les arbres dans le dernier bois sur le tracé de l'A69".

"Nous maintenons l'événement car il s'agit d'un événement privé sur un terrain privé", avait indiqué avant le début de l'intervention des gendarmes, Paul, l'un des porte-parole du collectif, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille.

Des élues du parti Les Ecologistes, l'eurodéputée Caroline Roose et la députée de Haute-Garonne Christine Arrighi, avaient annoncé leur participation à la mobilisation du week-end, le collectif évoquant également la présence de "personnalités médiatiques", sans plus de précision.

À quelques centaines de mètres du champ prévu pour l'accueil de la mobilisation et à proximité d'une voie ferrée, un campement a été installé sur une parcelle boisée, avec plusieurs cabanes et tentes visibles au sol et dans les arbres.

"Aujourd'hui, sur le campement, il doit y avoir une centaine de personnes", a expliqué Paul. Il a précisé que le terrain boisé faisait l'objet d'un litige en lien avec une expropriation de son propriétaire pour cause de construction de l'autoroute.

Le projet d'autoroute A69 divise la classe politique et est fortement contesté par les militants écologistes, qui se sont mobilisés à plusieurs reprises ces derniers mois sur le tracé.

Article original publié sur BFMTV.com