Publicité

Gaza: elle tente de faire évacuer sa sœur de l'enclave palestinienne, une agence l'arnaque

La famille d'une doctorante palestinienne vivant en Écosse dit avoir perdu plus de 2.700 euros auprès d'une agence qui leur a promis de faire évacuer sa sœur de Rafah.

Faire sortir ses proches de Gaza. Depuis le 7 octobre et les représailles de l'armée israélienne après les attaques du Hamas, des dizaines de milliers de personnes s'inquiètent pour leurs proches toujours coincés dans l'enclave palestinienne. Et certains escrocs en profitent.

Laila Saliekh, 26 ans, a raconté à Sky News son désespoir après que sa famille ait été victime d'une arnaque de la part d'une "agence promettant qu’elle pourrait l’aider à évacuer sa jeune sœur de Gaza", rapporte le média britannique.

Cette doctorante à l'université d'Édimbourg, en Écosse, affirme que ses proches ont payé plus de 2.300 livres (plus de 2.700 euros) à une agence "il y a des mois".

Depuis, pas de nouvelle. "Nous n'avions pas le choix et recherchions désespérément quelqu'un qui pourrait nous aider", dit Laila Saliekh.

"Elle semble avoir perdu beaucoup de poids"

Elle explique que sa soeur, Katrena Saleh est née en Ukraine et possède un passeport ukrainien. D'où cette tentative de l'exfiltrer de l'enclave palestinienne via une "agence" après "l'échec" des demandes formulées auprès des autorités ukrainiennes.

Katrena Saleh est donc toujours coincée dans l'enclave palestinienne et a "très peur d'une invasion de Rafah", assure Laila Saliekh.

"J'ai vu beaucoup de photos d'elle et elle semble avoir perdu beaucoup de poids, mais elle se distrait en faisant du bénévolat aux points d'aide médicale", dit-elle. "Elle n'arrête pas de me dire qu'elle va bien et elle répète tous les jours qu'elle s'en sort mieux que la plupart des gens, qu'elle est reconnaissante de ce qu'elle a", poursuit Laila Saliekh auprès de SkyNews.

L'offensive israélienne de représailles a aussi provoqué un désastre humanitaire avec 2,2 millions des 2,4 millions d'habitants menacés de famine et environ 1,7 million de déplacés dans le territoire palestinien exigu, selon l'ONU.

Depuis début octobre, plus de 30.000 personnes, en majorité des femmes et des enfants, sont mortes, a fait savoir le ministère palestinien de la Santé, dirigé par le Hamas.

Alors que l'aide humanitaire, soumise au feu vert d'Israël, n'entre qu'au compte-gouttes à Gaza depuis l'Egypte, plusieurs pays ont ces derniers jours largué des repas, notamment dans le nord du territoire où l'acheminement de l'aide est quasi impossible en raison des combats, des destructions et parfois des pillages.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Des enfants meurent de faim dans les hôpitaux de la bande de Gaza