"Games of Thrones", série la plus piratée en 2012

"Games of Thrones" ["Le Trône de Fer" en France, NDLR] est la série la plus piratée en 2012. En moyenne, chaque épisode a été téléchargé illégalement près de 4.280.000 fois. Un chiffre établi par "TorrentFreak, qui dresse chaque fin d'année un classement des produits culturels les plus piratés sur le web, en croisant plusieurs statistiques.

En deuxième place trône "Dexter". Première du classement l'an passé, cette série a été téléchargée 3.850.000 fois en moyenne par épisode en 2012. "The Big Bang Theory" (3.200.000), "How I met Your Mother" (2.960.000) et "Breaking Bad" (2.580.000) complètent ce top 5.

Dans son tableau, le blog compare aussi ses chiffres avec les audiences réalisées aux Etats-Unis. Ainsi, on remarque pour "Games of Thrones" qu'il y a quasiment autant de spectateurs légaux (4.200.000) que de pirates (4.280.000). Ce phénomène s'expliquerait par la politique menée par HBO, qui détient les droits de la saga. Pour suivre leur série, les Américains doivent souscrire à un abonnement spécial et ne peuvent pas profiter d'une offre "à la demande", comme le propose le loueur Netflix par exemple. Du coup, beaucoup d'Américains choisissent la voie illégale.

80% des pirates vivent hors des Etats-Unis

Mais la grande majorité des pirates, 80%, vivent hors des Etats-Unis, détaille TorrentFreak. Pour eux, le besoin de télécharger s'explique tout d'abord par l'impossibilité de voir la série à la télévision mais aussi par une certaine impatience. Pour exemple, en Australie, "Games of Throne" est diffusée sur les chaînes locales une semaine seulement après les Etats-Unis. Pourtant, près de 10% des (...) Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

"Games of Thrones", série la plus piratée en 2012

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.