Publicité

Freeze Corleone: son concert toulousain interdit, le rappeur conteste

Après Lille et Lyon, c'est au tour de Toulouse de refuser d'accueillir un concert de Freeze Corleone. La préfecture d'Occitanie et de Haute-Garonne a officialisé mercredi 21 février l'interdiction du show du rappeur controversé, prévu ce dimanche 25 février au Zénith de Toulouse Métropole. Selon La Dépêche, l'artiste de 31 ans a décidé de contester cette interdiction.

Le préfet d'Occitanie et de Haute-Garonne Pierre-André Durand a publié un communiqué relayé par France 3 Occitanie, dans lequel il explique sa décision ne pas autoriser le concert:

"Le rappeur est un artiste controversé dont bon nombre des titres contiennent des propos complotistes, ouvertement antisémites et homophobes", dénonce le préfet.

Et d'évoquer "un contexte géopolitique particulièrement tendu suite à l'attaque terroriste d'ampleur lancée par le Hamas le 7 octobre 2023 en Israël": "Il existe ainsi un risque élevé que soient à nouveau tenus, à l’occasion de ce spectacle et en marge de celui-ci, des propos constitutifs d'une infraction pénale ou de nature à porter atteinte à la dignité de la personne humaine et, dès lors, de troubler gravement l'ordre public (affrontements notamment)."

La Dépêche rapporte que Freeze Corleone a décidé de saisir le juge des référé afin de contester l'annulation de son concert. Avant la décision de justice, les 5.500 spectateurs ne pourront pas demander de remboursement.

Figure controversée du rap français

Deux de ses concerts ont déjà été interdits ce mois-ci, au Zénith de Lille et à à la Halle Tony Garnier de Lyon. Dans leurs arrêtés respectifs, les préfectures des deux villes soulignaient que les paroles de plusieurs chansons contiennent "des propos ouvertement antisémites et empreints d'une admiration pour la personne d'Adolf Hitler et le IIIe Reich".

En outre, Freeze Corleone est visé depuis la semaine dernière par une enquête préliminaire du parquet de Nice pour "apologie du terrorisme" pour une chanson semblant évoquer l'attentat de la Promenade des Anglais en 2016.

Article original publié sur BFMTV.com