Francs-maçons : trois explorateurs découvrent des restes humains dans un temple

Des explorateurs découvrent des restes humains dans un vieux château - Getty Images/EyeEm (Getty Images/EyeEm)

Un groupe d’explorateurs de bâtiments abandonnés a découvert des restes humains dans un vieux château des Hautes-Pyrénées. Les lieux contenaient aussi des symboles maçonniques.

L’exploration urbaine (Urbex) est une pratique qui consiste à pénétrer dans des bâtiments abandonnés pour les explorer et, le plus souvent, publier des images sur les réseaux sociaux ou des plateformes vidéos. Si elle peut se révéler fascinante, cette discipline très populaire peut aussi conduire à des découvertes franchement surprenantes ou terriblement sinistres. Jonathan, Adrien et Dimitri, trois passionnés d’Urbex, en ont fait les frais en découvrant des restes humains dans un vieux château des Hautes-Pyrénées, rapporte le journal Le Parisien.

Dans la soirée de vendredi dernier, les trois jeunes hommes se trouvent à Trébons, à une quinzaine de kilomètres de la ville de Lourdes. Ils ont repéré un lieu séduisant. Une "bâtisse aux allures de vieux château en pierre de taille avec des tourelles en partie détruites, une toiture effondrée et une grande grue rouillée, comme si les travaux avaient été interrompus et le temps s’était arrêté", raconte Jonathan qui poste régulièrement des vidéos de ses excursions sur YouTube. Munis de lampes et de caméras, les trois explorateurs font un tour des lieux et repèrent une brèche leur permettant d’accéder à l’intérieur du bâtiment. C’est là qu’ils vont déchanter.

Une galerie et des restes humains

"On découvre une galerie souterraine aux proportions impressionnantes. Les murs sont en granit et de grandes voûtes donnent au lieu une ambiance de temple", continue à raconter Jonathan au Parisien. Les trois explorateurs continuent de progresser et découvrent deux petits piliers de cérémonie posés sur une dalle encerclée par de la peinture blanche. Tout autour, des symboles francs-maçons comme le fameux compas. Des documents évoquant des loges et des rituels maçonniques sont éparpillés. Puis, dans un coin, les trois amis tombent sur un crâne et des os très abîmés et vraisemblablement humains. Ils appellent donc les gendarmes.

Une fois sur place, les militaires procèdent à toutes les constatations nécessaires. S’agit-il de très vieux ossements issus d’une profanation de tombes ? Ou au contraire d’un meurtre remontant à quelques années ou quelques décennies ? Selon les informations de nos confrères, le dernier propriétaire est un ancien médecin et un franc-maçon identifié, mais il est mort en septembre dernier à l’âge de 90 ans. Toutefois, l'homme n’était pas connu des forces de l’ordre, qui ne tablent d'ailleurs pas vraiment sur la piste criminelle. La vidéo de l’exploration urbaine devrait être publiée dimanche 3 décembre sur la chaîne YouTube Jo Urbex.

VIDÉO - Italie : l'urbex ressuscite les lieux abandonnés