En France, l’antisémitisme est toujours “brûlant”

PHOTO CHRISTOPHE PETIT TESSON/AFP

“La France, pays qui compte la plus forte communauté juive d’Europe, n’a toujours pas dépassé son antisémitisme et a du mal à admettre que le régime collaborationniste de Vichy (1940-1944) a été un complice volontaire de la Shoah.” C’est le résumé que fait La Vanguardia des propos d’Emmanuel Macron à l’occasion des 80 ans de la rafle du Vel’ d’Hiv.

Les 16 et 17 juillet 1942, quelque 13 000 Juifs résidant en région parisienne sont arrêtés par la police française et rassemblés au vélodrome d’Hiver, enceinte sportive du XVe arrondissement de la capitale, raconte le quotidien basque El Correo. “Ils ont ensuite été déportés au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, où la grande majorité d’entre eux ont été assassinés par les nazis dans les chambres à gaz.”

Certains des convois sont partis de la gare de Pithiviers, au sud de Paris. Ce dimanche 17 juillet, Emmanuel Macron a inauguré un lieu de mémoire de la Shoah dans cette ancienne gare, devenue “symbole de la politique antisémite et collaborationniste du régime de Vichy avec l’Allemagne nazie”.

Heures noires

Face aux rares rescapés de la rafle – de moins en moins nombreux –, aux proches de déportés et à quelques personnalités politiques, “Macron a répété, constate El País, les paroles qu’avait prononcées son prédécesseur Jacques Chirac en 1995, mettant ainsi fin à cinquante ans de négation par la France de la responsabilité de l’État dans la déportation de Juifs, tant étrangers que français. ‘Ces heures noires souillent à jamais notre Histoire […]. La France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable’, avait alors dit Chirac, et Macron l’a redit dimanche.”

“La France a trahi ses enfants”, a insisté le président, invitant les citoyens à “redoubler de vigilance” face à l’antisémitisme “brûlant, rampant” qui “prospère aussi autour d’une nouvelle forme de révisionnisme historique, voire de négationnisme”.

“Macron n’a pas prononcé son nom, souligne El País, mais il faisait manifestement allusion à Éric Zemmour, l’ancien candidat d’extrême droite à la présidence, qui a affirmé pendant la campagne, comme il le faisait ces dernières années sur les plateaux de télévision, que le régime du maréchal Pétain a ‘sauvé’ des Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles