Mon frère bien-aimé (France 2) - Michaël Youn : "J’aime flirter avec les limites"

·1 min de lecture

On vous découvre ici sous un jour nouveau, dans un drame, où vous incarnez Mathias Leroy, un notable, le patron des Chantiers navals de Saint-Nazaire. Avez-vous été étonné que l’on vous imagine dans ce genre de rôle ?
Michaël Youn : Malheureusement, les acteurs sont beaucoup trop égocentriques pour être surpris ! Ils sont juste flattés ! On sait que choisir un acteur populaire peut faire de l’audience, mais j’ai trouvé que c’était un choix culotté ! J’évolue loin de mes bases et ça me fait plaisir de me montrer sous un jour nouveau. J’avais déjà tourné deux drames pour le cinéma (Héros et La Traversée, ndlr) mais ils sont passés totalement inaperçus. Si le public ne m’a pas suivi jusqu’à présent dans cette démarche, j’espère qu’il le fera avec cette fiction.

Vous étonnez, d’abord physiquement, en arborant une belle raie sur le côté, une barbe bien taillée et un costume parfaitement coupé !
C’est plus facile de construire un personnage quand, tout à coup, vous changez de look. Je suis plutôt rock’n’roll et déglingué dans la vie, je porte rarement des costumes. Ça m’a aidé à devenir Mathias. Je faisais bien attention à ne pas être décoiffé !

Mathias, qui tue sa maîtresse et laisse son grand frère (Olivier Marchal) endosser le crime, est un salaud. Était-ce jouissif à jouer ?
Dans la vie on essaie d’être des personnes bien, même si on n’y arrive pas toujours. Donc, quand on vous donne la possibilité de... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi