Publicité

Finistère: L214 demande la fermeture "sans délai" d'un élevage laitier fournisseur des crêpes Whaou!

L'association de défense des animaux va dévoiler de nouvelles images d'un élevage laitier à Plouzévédé dans le Finistère. Les vaches y sont enfermées, souvent blessées, pataugeant dans leurs excréments.

Cornes cassées, vaches ensanglantées, hangar tapissé d'excréments... Ce jeudi 30 novembre, l'association de défense des animaux L214 va publier une nouvelle enquête vidéo dans un élevage laitier de Plouzévédé, dans le Finistère, l'un des fournisseurs historiques de la marque de crêpes industrielles Whaou!.

Ces images, tournées la semaine dernière et que BFMTV.com a pu visionner, montrent des vaches affaiblies, enfermées dans des hangars dans la pénombre, pataugeant dans leurs excréments. "L'une d'elles présente une corne fracturée entraînant un saignement abondant au niveau de la tête, une autre a une plaie ouverte sur le flanc, d’autres ont les sabots si longs qu'elles ne peuvent pas se déplacer normalement", développe l'association dans un communiqué.

Selon elle, les vaches sont affamées, nourries avec de la paille jetée à même le sol, qui fait office de litière.

Une plainte déposée

Dans l'enquête, L214 révèle que l'élevage, qui produit plus d'un million de litres de lait par an, avait été mis en demeure par un arrêté préfectoral publié en mai 2022 pour l'insalubrité de l'élevage, notamment les fuites d'effluents. "Dix-huit mois plus tard, l’établissement n’est toujours pas aux normes."

C'est pourquoi l'association a annoncé déposer plainte auprès du procureur du tribunal de grande instance de Brest pour "sévices graves et mauvais traitements commis par un professionnel". Elle demande également l'intervention rapide des services vétérinaires de la préfecture et la fermeture immédiate et définitive de l'établissement.

"Il est urgent que les industriels de l'agroalimentaire assument leurs responsabilités sur l'ensemble de la chaîne: une marque comme Waouh! ne peut pas se fournir auprès d'élevages aussi déplorables, où les animaux vivent, dorment et mangent sur leurs excréments, les pattes toujours humides", a déploré Sébastien Arsac, porte-parole de L214.

Une pétition a également été lancée pour demander la fermeture "sans délai" de l'élevage.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Chevenet, le leader européen du fromage de chèvre, accusé de maltraitance animale