Finastéride, minoxidil : quels sont ces traitements contre l'alopécie androgénétique, la calvitie la plus courante ?

© IGOR STEVANOVIC / / SPL/ AFP

Minoxidil ou finastéride : il n’y a pas beaucoup de médicaments pour s’attaquer à l’alopécie androgénétique. Ces deux molécules sont les plus couramment prescrites. Seulement voilà : la prise de finastéride s'accompagne pour quelques patients d'effets indésirables qui peuvent aller jusqu’à la dépression, et dans quelques cas rares, au suicide. Résumé de tout ce que l’on sait sur ces deux molécules.

Finastéride et minoxidil ont suscité de grands espoirs chez les hommes atteints d’alopécie androgénétique (AAG). Mais il faut savoir que ces médicaments ne font que ralentir cette alopécie. Que sont ces molécules ? Quelle est leur efficacité ? Gardons en tête plusieurs contraintes : il faut les prendre à vie, compter avec les effets secondaires possibles du finastéride, effets qui peuvent s’avérer dramatiques chez certains patients. Enfin, ces molécules se prennent au commencement de la calvitie. A l'autre bout du processus, quand celle-ci n'évolue plus, ce sont les microgreffes qui s'imposent.

Contre l’alopécie androgénétique, deux médicaments

Il existe deux molécules approuvées et commercialisées, le minoxidil et le finastéride. Toutefois, aucune n’est capable de "guérir" l’alopécie androgénétique (AAG), la calvitie qui affecte une bonne proportion d’hommes (jusqu’à 30% des trentenaires français) et, plus rarement, certaines femmes. A l’arrêt de l’application des deux médicaments, l’AGG reprend son cours au bout de quelques mois.

Minoxidil

  • Le médicament existe en deux dosages, 2% et 5%. Le premier dosage est prescrit pour les hommes et les femmes, le second pour les hommes uniquement. En application externe sous forme de lotion ou de mousse, il doit être mis uniquement sur la zone du cuir chevelu à traiter.

  • Il ralentit la chute. Son application doit être quotidienne, deux fois par jour une dose de 1 ml et ne jamais excéder les 2 ml par jour. La Revue du praticien prévient qu’un effluvium, soit une chute de cheveux brusque et diffuse, peut advenir au cours des trois premiers mois du traitement, "ce qui est un marqueur de bonne réponse".

  • On ne sait pas exactement comment il agit au niveau du bulbe pileux. Il semble doper la vascularisation de celui-ci et influer sur les cellules souches qu’il renferme.

  • Le minoxidil est un médicament repositionné. Conçue dans les années 1960, la molécule est imaginée pour soulager les ulcères gastriques. Mais elle se révèle plus [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi