Publicité

"Fière de ce qui a été accompli": Élisabeth Borne revient pour la première fois sur son bilan au gouvernement

L'ancienne Première ministre Élisabeth Borne, aujourd'hui remplacée par Gabriel Attal, revient pour la première fois sur son bilan au gouvernement, avant de retrouver les bancs de l'Assemblée comme députée du Calvados.

Ses premiers mots depuis son départ du gouvernement. Débarquée le 9 janvier dernier pour être remplacée par Gabriel Attal, l'ancienne Première ministre Élisabeth Borne, redevenue députée du Calvados, revient pour la première fois ce dimanche 11 février dans Le Parisien sur son bilan au gouvernement.

Des "réformes nécessaires"

Si elle ne revient pas en détails sur ce qu'elle a accompli, l'ancienne Première ministre ne renie rien. "Dans un contexte inédit de majorité relative, il a fallu trouver un mode d’emploi pour adopter les réformes nécessaires. Je suis fière de ce qui a été accompli", assure-t-elle.

Elle se montre en revanche plus loquace sur le Rassemblement national, chargeant son président Jordan Bardella, dont elle note le travail en "communication". "Mais à chaque fois qu’on va sur le fond, ça devient rapidement plus compliqué pour lui", tance-t-elle.

Elle appelle notamment à "être vigilant" à quelques mois des élections européennes. "Quand j’étais à Matignon, tenir l’unité de la majorité a été mon combat permanent. C’est notre bien le plus précieux", assure-t-elle.

De retour mardi à l'Assemblée

En plus de son bilan, l'ex-cheffe du gouvernement revient sur ces dernières semaines passées loin de Matignon. Avant de retrouver l'Assemblée nationale, Élisabeth Borne a passé 36 jours au repos forcé, étant contrainte de respecter un délai d'un mois avant de retrouver son siège de députée mardi 13 février. Pas de quoi perturber l'ancienne cheffe du gouvernement qui y a vu une "parenthèse agréable".

"Avoir un petit moment de respiration, après presque sept ans sans interruption au gouvernement… Oui, ça fait du bien", lâche-t-elle.

Son retour sur les bancs du Palais Bourbon dans un rôle bien différent de celui qu'elle a connu, ne l'inquiète pas. "J’ai tout vécu: les attaques permanentes, les invectives, la violence", affirme-t-elle auprès du quotidien.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Gouvernement: plusieurs passations de pouvoir à huis clos après une matinée de confusion