Fermer les urgences la nuit? La mise au point de François Braun pour "arrêter les délires"

Le ministre de la Santé a clarifié l'une des recommandations polémiques du rapport de la "mission flash" sur les soins non programmés.

URGENCES - Les urgences vont-elles fermer la nuit ? Il n’en est pas question, a recadré ce mardi 5 juillet le nouveau ministre de la Santé François Braun.

Cette idée avait été mise au jour le 30 juin, quand, dans le rapport de la “mission flash” sur les soins non programmés remis à Élisabeth Borne, figurait la recommandation de limiter par endroits l’accès aux seules “urgence vitales”, en particulier la nuit, cette “suspension d’activité partielle” devant permettre de “mutualiser les moyens de plusieurs services sur un seul site”.

“Il explique qu’on peut fermer les urgences la nuit. Monsieur Braun ne représente pas les urgentistes”, avait embrayé sur franceinfo Christophe Prudhomme, urgentiste et porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf).

Le député LFI Adrien Quatennens avait lui aussi dénoncé sur Twitter cette recommandation.

“Réorienter vers de la médecine générale”
“Je tiens à arrêter les délires autour de la fermeture des services d’urgence la nuit: il n’y a jamais eu et il n’y a pas dans les recommandations (de la mission flash) la fermeture des services d’urgence la nuit”, a mis au point François Braun lors d’une audition par la commission des lois de l’Assemblée nationale ce mardi. “Il y a le fait de faire un principe d’évaluation de l’état clinique de la personne, soit par la régulation médicale, soit à l’entrée du service des urgences, et de réorienter les personnes qui pourraient mieux être prises en charge par notre système de santé”, a précisé le ministre (à écouter dans la vidéo ci-dessous).

“Je sais qu’une version de travail du document a été diffusée très largement. Je vous invite à revenir sur le document officiel de ces recommandations, et vous verrez qu’il est clairement précisé que l’on n’incite pas à la fermeture des services d’urgences”, a ajouté François Braun.

“Il est impensable que nos concitoyens arrivent devant une porte de service d’urgence et qu’elle reste close. Il est évident qu’ils auront une réponse, mais qui ne sera pas toujours de rester dans le service d’urgence, qui pourra d’être réorienté vers de la médecine générale”, a-t-il conclu.

À voir également sur Le HuffPost: Limiter l’accès aux urgences? À Cherbourg, c’est déjà fait

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

VIDÉO - Crise de l'hôpital: à Manosque, le service des urgences sera fermé les nuits du 1er au 12 juillet faute de personnel

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles