Pass sanitaire : après les annonces de Macron, les propositions de faux se multiplient sur les réseaux sociaux

·3 min de lecture
Le pass sanitaire va être étendu aux restaurants notamment.

À partir du mois d'août, le pass sanitaire sera indispensable pour se rendre au restaurant, prendre l'avion, le train, ou encore aller au cinéma.

Quelques minutes après la décision d'Emmanuel Macron d'étendre le pass sanitaire aux restaurants, aux trains ou encore aux lieux de culture, les prises de rendez-vous pour se faire vacciner ont littéralement explosé, avec au total plus d'un million de rendez-vous pris en quelques heures sur les différentes plateformes.

300 à 350 euros pour un faux pass sanitaire

En parallèle de cet engouement pour le vaccin, un autre phénomène a été remarqué sur les réseaux sociaux : les propositions, illégales, de faux pass sanitaire. Un phénomène qui semble répondre à une demande : les recherches sur Google pour les "faux vaccin", "faux pass sanitaire", et "faux test PCR" ont bondi à partir de l'allocution d'Emmanuel Macron, à 20h.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Essentiellement sur le réseau Snapchat, certains comptes proposent, moyennant plusieurs centaines d'euros, un QR code attestant de la vaccination, sans avoir à passer par la case piqûre.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le vaccin ne coûte rien

Une pratique illégale et qui n'est pas sans risque. À titre personnel tout d'abord puisque transmettre ses documents comme la carte vitale ou une pièce d'identité expose au risque d'usurpation d'identité. Sans oublier le risque de dépenser une somme conséquente pour un acte illégal dont rien n'assure que le QR code reçu sera accepté dans le pass sanitaire. D'autant que le vaccin est entièrement pris en charge par l'Assurance maladie et ne coûte rien.

D'un point de vue collectif, la pratique est également risquée puisque l'on peut potentiellement contaminer les personnes que l'on côtoie au restaurant par exemple au Covid-19, alors même que celles-ci pensent être dans un endroit sûr, grâce au pass sanitaire.

Un an de prison pour un faux test PCR négatif

Ce phénomène n'est pas nouveau. Depuis que des pays ont rendu obligatoire la présentation d'un test PCR négatif à l'entrée dans le pays, un business de faux test PCR négatif s'est mis en place. C'est notamment le cas pour les voyageurs à destination de la Corse, de l'Outre-Mer ou de pays proches comme l'Espagne, où la présentation d'un test PCR négatif est obligatoire depuis plusieurs mois.

Ce compte propose un faux test PCR négatifs.
Ce compte propose un faux test PCR négatifs.

Preuve de l'ampleur du phénomène, en Belgique entre le 19 avril et le 11 juin, 576 personnes ont été surprises avec des tests PCR falsifiés. L'un d'eux, qui avait acheté un faux test négatif 30 euros, a été condamné à un an de prison et 4 000 euros d'amende.

En France, la loi prévoit jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende pour tout faux document. Si vous avez réalisé un faux test alors que vous saviez que vous étiez positif au Covid-19, un autre délit peut être ajouté, celui de "mise en danger de la vie d'autrui". Il est sanctionné d'un an de prison et de 15 000 euros d'amende.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles