Il voyage avec un faux PCR : un an de prison et 4000 euros d’amende

·2 min de lecture
Un homme a été condamné à 1 an de prison et 4000 euros d'amende pour un faux PCR

Un homme a été condamné par un tribunal belge à un an de prison et à 4000 euros d’amende pour avoir tenté de voyager avec un faux test PCR. Après la vérification des services de l’aéroport, il a avoué avoir acheté un faux pour 30 euros plutôt que d’en faire un vrai.

En Belgique, on ne plaisante pas avec les faux tests PCR. Le tribunal de Halle-Vilvoorde a condamné un homme à un an de prison et 4000 euros d’amende pour avoir tenté de voyager avec un faux test PCR, rapporte La Voix du Nord. Il s’est en effet présenté dans un aéroport le 7 mai dernier mais le document a attiré l’attention des autorités. Après vérification auprès du laboratoire mentionné sur le test, il est apparu que le nom du voyageur ne figurait pas dans les registres et que le numéro du test n’existait pas. Il a finalement avoué avoir acheté un faux test pour la somme de 30 euros.

L’importance de cette peine n’est pourtant pas uniquement due à l’usage d’un faux test. Le parquet a d’abord proposé à l’homme de s’acquitter d’un montant de 750 euros. Une offre à laquelle il n’a pas répondu, pas plus qu’il ne s’est rendu au tribunal malgré une convocation. Un comportement qui a conduit la justice belge à prononcer une peine bien plus lourde, liée à “une attitude asociale et dangereuse”.

De nombreux cas de falsification

Le cas de cet homme n’est pas isolé. Entre le 19 avril et le 11 juin, un total de 576 personnes ont été surprises en Belgique avec des tests PCR falsifiés et l’une d’elle a déjà fait l’objet d’une condamnation devant la justice. Un phénomène contre lequel la Belgique s’est engagée à lutter avec virulence le 27 avril.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles