Publicité

Fast-food saccagé, drapeau européen brûlé... Les images du mouvement des agriculteurs qui se durcit

"Videz partout, prenez les tracteurs et allez-y!" Les propos scandés au microphone de José Perez, responsable de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, devant les grilles de la préfecture d'Agen en feu, sont l'illustration d'un mouvement des agriculteurs en colère qui se durcit.

Tout au long de la journée de ce mercredi 24 janvier, les images venues d'un peu partout en France, et même d'Europe, se sont multipliées dans les médias ou sur les réseaux sociaux.

Agen, épicentre des actions

Sans réponses concrètes du gouvernement, les syndicats agricoles ont appelé les agriculteurs à réaliser de nouveaux barrages routiers ou des actions à l'échelle locale.

C'est dans le Sud-Ouest que le gros de la mobilisation a eu lieu. Dès 6 heures, des manifestants ont bloqué les voies à Artigues-près-Bordeaux dans l'est de l'agglomération bordelaise, à hauteur de l'échangeur avec l'A89/N89 (direction de Clermont-Ferrand), coupant la circulation dans les deux sens.

Au moins 200 tracteurs ont envahi la rocade de la capitale girondine, un axe inévitable pour relier Paris et l'Espagne.

Plus au sud, la ville d'Agen a cristallisé les tensions de la fin de matinée à la fin d'après-midi. Aux alentours de 11 heures, un fast-food d'Agen a été ciblé par les agriculteurs. Des bottes de foin ont été déversées dans un McDonald's.

Puis, la Coordination rurale du département (CR47), habituée des actions coup de poing, a fait arroser la façade de la préfecture de lisier et mis le feu à des pneus et autres déchets devant les grilles.

"En France, s'il n'y a pas des larmes et du sang, rien n'aboutit. Aujourd'hui, on a tout fait pour que ça se passe à peu près tranquillement, demain je ne vous garantis rien", a menacé Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d'agriculture et figure de la CR47.

Le syndicat a aussi appelé les agriculteurs à viser les "administrations" et les "banques".

Le mouvement se poursuit jeudi

Toujours à Agen, les agriculteurs ont brûlé un drapeau européen. "L'Europe a détruit l'agriculture française", a scandé l'un d'entre eux devant la caméra du journaliste Clément Lanot.

De nouvelles actions pourraient d'ailleurs être menées dans les prochaines heures. En Côte d'Or, "une centaine" de tracteurs, selon les organisateurs, doivent se retrouver dans un champ afin de former, jeudi soir, un SOS géant avec leurs phares et lumières.

Certains menacent également de rallier Paris: dans l'Oise, environ 50 tracteurs auparavant positionnés près de Beauvais se déplacent mercredi après-midi sur l'A16 en direction de la capitale.

L'objectif n'est pas de rouler sur les pavés de la ville dans l'immédiat, mais "on veut montrer que la pression monte et qu"on veut des résultats", a dit le président des Jeunes agriculteurs de l'Oise, Matthieu Carpentier. Jeudi, "ça dépendra de comment la pression monte."

Pour l'instant, le gouvernement n'a pas l'intention de demander aux forces de l'ordre d'intervenir. Sa porte-parole Prisca Thevenot a assuré qu'il n'était "pas question de venir empêcher" les blocages routiers.

Article original publié sur BFMTV.com