Publicité

F1: le président de la FIA aurait poussé Verstappen à soutenir publiquement Horner

Dans le paddock, c'est quasiment devenu une affaire d'Etat. Accusé de "comportement inapproprié" par une de ses employées mais blanchi cette semaine à l’issue d’une enquête interne, Christian Horner reste poutant en pleine tempête.

Mais le patron de Red Bull aurait reçu un soutien inattendu, et de poids dans cette affaire: le président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem. Selon le Daily Mail, le boss de la Formule 1 aurait expressément demandé au pilote Max Verstappen de prendre publiquement position en faveur de son directeur d'écurie.

"Vous devez publiquement soutenir Christian"

Aperçus en grande discussion en marge du Grand Prix de Bahreïn, la première course de la saison remportée par le triple champion du monde néerlandais dimanche, les deux hommes cachaient leur bouche derrière leur main pour discuter. Mais des oreilles indiscrètes auraient entendu de la part de Ben Sulayem: "Vous devez publiquement soutenir Christian." Max Verstappen n'a toutefois pas semblé entièrement convaincu par les conseils du dirigeant, selon une autre source.

Christian Horner avait été innocenté par une enquête interne, mercredi, mais l'envoi d'un mail anonyme - contenant notamment des messages WhatsApp prétendument écrits par Horner - aux journalistes suivant la F1, à des responsables du sport automobile ou encore à des écuries concurrentes, a relancé l'affaire. Jos Verstappen, le père de Max Verstappen, s'est défendu d'être à l'origine des fuites. Il a publiquement estimé que Christian Horner devait quitter ses fonctions et alimenté la rumeur d'un départ de son fils chez Mercedes.

Article original publié sur RMC Sport