Féminicide à Lille: un homme porte plainte contre la police après le meurtre de sa sœur

Cécile Danré, Julie Dubois, Esther Paolini
·3 min de lecture
Nathalie Debaillie a été enlevée et tuée à Lille (Nord) en mai 2019. - BFMTV
Nathalie Debaillie a été enlevée et tuée à Lille (Nord) en mai 2019. - BFMTV

Le 27 mai 2019, Nathalie Debaillie, 47 ans, est kidnappée puis sauvagement assassinée à l’aide d’un cutter à Lille (Nord). Peu de temps après, son ex-compagnon Jérôme T., 53 ans, a reconnu être l’auteur des faits, avec trois autres complices présumés. Pour le frère de la victime, ce dramatique féminicide aurait pu être évité: Nathalie avait alerté à plusieurs reprises la police. Mais la menace n’a pas été prise au sérieux. Nicolas Debaillie a donc décidé de porter plainte contre la police, annonce-t-il à BFMTV ce mardi.

Des repérages à son travail

Comme souvent, les menaces ont commencé lorsque Nathalie Debaillie a voulu rompre avec son compagnon qui n’acceptait pas la rupture. "Non, tu ne me quitteras pas, sinon je te tue", s’entête-t-il. La quadragénaire ne se sent pas en sécurité et dépose pas moins de trois mains courantes et une plainte au commissariat.

Selon les informations de La Voix du Nord, son ex-compagnon aurait affirmé à des amis communs "sa volonté de l’enlever et de la tuer". Il aurait également procédé à des repérages aux alentours de la banque dans laquelle elle travaillait. Pourtant, la police n’est pas intervenue.

"Ca n’a pas été jugé prioritaire car il s’agissait de menaces non réitérées, qui n’avaient pas été adressées directement à Nathalie Debaillie, s’est justifié un policier à nos confrères de La Voix du Nord. De plus, le couple était séparé. Enfin, Jérôme T. était connu pour des escroqueries, pas pour des violences. Tout cela constituait des signaux faibles."

La police au domicile au moment du meurtre

Pourtant, son ex-compagnon finit par passer à l’acte. Elle est enlevée en plein jour sur le parking de son travail, avec trois autres hommes. "Ils sont quatre à l’attendre avec une fourgonnette. Quand elle ouvre sa porte, elle est immédiatement enlevée", raconte son frère à BFMTV. Ce dernier déplore la lenteur de la réaction des policiers, qui n’ont pu empêcher le pire:

"Ils ne se présenteront au domicile de l’assassin que deux heures après. Ils toquent, mais ça ne répond pas et ils repartent. Imaginez une seule seconde qu’au moment où ils toquent, ma sœur était encore en vie. Imaginez une seule seconde ce qu’il s’est passé dans sa tête. Voilà je suis sauvée. Et non. Ils ne reviendront que deux heures après, et là ils la retrouveront égorgée dans sa baignoire."

Différend financier

Jérôme T. prend la fuite et est arrêté quelques jours plus tard. En garde à vue, il reconnaît avoir prémédité l’assassinat de Nathalie Debaillie. Trois hommes, issus de la communauté rom, ont également été interpellés et reconnus "leur participation à l'enlèvement jusqu'au dépôt du corps évanoui de la victime dans la baignoire et ce, contre rémunération", avait fait savoir la police judiciaire à France 3.

Le mis en cause a justifié son acte par "une séparation conflictuelle sur fond de différend financier relatif à des travaux non payés." Les quatre hommes ont été mis en examen pour enlèvement, séquestration et meurtre et placés en détention provisoire.

Article original publié sur BFMTV.com