Publicité

Féminicide à Bordeaux en 2021 : la famille de la victime attaque l'État pour "faute lourde"

Selon la famille de Sandra, 30 ans, mortellement poignardée chez elle en juillet 2021, l'État aurait dû mieux protéger la victime qui avait alerté à plusieurs reprises de la dangerosité de son ex-conjoint.

La famille d'une femme ayant multiplié plaintes et alertes contre son ex-conjoint violent, avant d'être tuée en 2021 à Bordeaux, a engagé une procédure pour "faute lourde" contre l'État, a-t-on appris ce mardi 12 mars de son avocate.

La mère, le frère et la fille mineure de la victime, parmi d'autres proches représentés par Me Elsa Crozatier, estiment que l'institution judiciaire a failli à sa "mission fondamentale de protection des citoyens". Ils demandent réparation via cette procédure intentée devant le tribunal de Paris et annoncée par France Inter.

Des "dysfonctionnements"

Sandra, 30 ans, a été mortellement poignardée chez elle, le 2 juillet 2021. Son ex-compagnon Mickaël, 36 ans, dont elle s'était séparée, a été arrêté peu après à son domicile distant de quelques centaines de mètres. Il doit être jugé pour assassinat par la cour d'assises de Gironde.

Les proches pointent un certain nombre de "dysfonctionnements", la jeune femme ayant porté plainte plusieurs fois pour violences conjugales et harcèlement.

Ils reprochent au juge des affaires familiales d'avoir refusé le 2 mars 2021, conformément à la position du parquet, d'accorder à la mère une ordonnance de protection. Elle voulait ainsi interdire à son ex-conjoint d'entrer en contact avec elle ou leur fille, née en 2017, comme le préconisait une association.

Ils jugent également "incompréhensible qu'aucune poursuite n'ait été initiée" dès la première plainte, le 6 janvier 2021, alors que les violences étaient "caractérisées" selon eux.

Ils dénoncent enfin le "refus" de la police d'enregistrer, le 28 mars 2021, une nouvelle plainte de la victime pour harcèlement, au motif que les faits incriminés se déroulaient "sur la voie publique". Elle n'avait pu déposer qu'une main courante.

Le féminicide trois jours après une garde à vue

Deux jours après, elle adressait un "appel à l'aide urgent" à la présidence de la République, par courriel, et au procureur de Bordeaux, par courrier: "Il est certain que je ne tiendrai pas longtemps dans ces conditions et je crains le pire des dénouements sans votre intervention", écrivait-elle.

Le 15 avril, le parquet avait ordonné une enquête sociale, confiée à une association. Après une ultime plainte, la victime avait été entendue par la police le 24 mai, répétant se sentir en danger, et l'ex-conjoint était placé en garde à vue le 29 juin.

Déféré au parquet, il en ressortait avec une convocation à comparaître le 16 novembre et un contrôle judiciaire lui interdisant d'entrer en contact avec la victime. Sandra avait été retrouvée morte trois jours plus tard.

L'an dernier, la famille de Chahinez Daoud, brûlée vive par son ex-mari en 2021 à Mérignac (Gironde) a elle aussi lancé une requête en indemnisation pour "faute lourde" contre l'État, toujours en cours.

La victime avait déposé plainte deux mois avant d'être tuée. Une mission d'inspection avait relevé une série de défaillances. Cinq policiers avaient fait l'objet de sanctions disciplinaires.

Des proches de victimes de féminicides ont déjà fait reconnaître la faute de l'État, comme en 2020 pour un assassinat en 2014 à Grande-Synthe (Nord) ou en 2022 pour une affaire de 2018 à Marseille.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Mon ex-compagnon a failli me tuer sous les yeux de notre fille": Le témoignage de Laura Rapp, victime de violences conjugales et d'une tentative de féminicide