Publicité

Eurovision 2024: la chanson choisie par l'Espagne provoque l'ire des féministes

Cherchant à se réapproprier une insulte sexiste, le titre pop sélectionné pour représenter l'Espagne lors du prochain concours de l'Eurovision a suscité le tollé des mouvements féministes, amenant le gouvernement à prendre position en faveur de cette chanson.

Le duo Nebulossa a été choisi samedi soir à Benidorm (sud-est du pays) pour défendre les couleurs de l'Espagne en mai prochain en Suède avec une chanson intitulée Zorra, qui signifie littéralement "renarde".

Mais le mot a aussi un autre sens en espagnol, celui d'une insulte pour désigner une prostituée ou une femme qui multiplie les partenaires, que l'on pourrait traduire en français par "chienne" ou "catin".

"Je sais que je ne suis qu'une chienne (...) l'incomprise", chante notamment María Bas, accompagné du claviériste Mark Dasousa.

"On m'a souvent appelé 'chienne'. Ce titre est une manière de transformer ce mot en quelque chose de beau", dans le sens de "savoir ce que l'on veut", a expliqué la chanteuse de 55 ans à la Radio-Télévision publique espagnole (RTVE) après sa victoire au festival de Benidorm, qui désigne chaque année la chanson représentant l'Espagne à l'Eurovision.

Chanson soutenue par Pedro Sanchez et les organisateurs du concours

Des paroles et un message dénoncés par plusieurs associations féministes espagnoles, qui ont exigé le retrait de la chanson de l'Eurovision.

La chanson "insulte les femmes de manière machiste", a ainsi lancé dans un long communiqué le Mouvement féministe de Madrid, qualifiant d'"absurdité" le fait de "prétendre laver l'offense en répétant qu'il s'agit de donner plus de pouvoir à la femme".

La polémique a conduit le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez à se prononcer sur le sujet. "Le féminisme n'est pas seulement juste, mais aussi divertissant, c'est pourquoi ce type de provocation doit nécessairement venir de la culture", a-t-il commenté lundi sur la chaîne Sexta.

La ministre de l'Égalité, Ana Redondo García, a elle aussi défendu une "chanson drôle, qui rompt les stéréotypes".

L'organisateur de l'Eurovision, l'Union européenne de Radio-Télévision (UER), a validé le choix de cette chanson pour représenter l'Espagne en déclarant qu'elle comprenait qu'il existait "beaucoup d'interprétations du titre de la chanson" choisie par la RTVE.

Citée par plusieurs médias espagnols, l'UER a donc "conclu que la chanson (était) éligible pour participer au concours de cette année".

Article original publié sur BFMTV.com