Publicité

Européennes: Jean-Luc Mélenchon figurera sur la liste LFI en 80e et avant-dernière position

Sur TF1, Manon Aubry a expliqué ce samedi 16 mars que la présence de Jean-Luc Mélenchon à cette position non-éligible vise à "pousser" et à "donner de la force" à la liste LFI qu'elle mène.

Une présence symbolique, mais une présence tout de même. Quelques minutes avant le lancement à Villepinte de la campagne de La France insoumise pour les élections européennes, la tête de liste LFI Manon Aubry a annoncé ce samedi 16 mars que Jean-Luc Mélenchon serait bien présent en avant-dernière position.

"Sur ma liste sera présent Jean-Luc Mélenchon, qui sera en 80e position pour pousser et donner de la force à cette liste parce que l'enjeu qui est posé par ce scrutin du 9 juin, en réalité, c'est l'après Macron qui doit se dessiner. Et l'après Macron commence dès le 9 juin", a déclaré Manon Aubry sur le plateau du JT de 13 heures de TF1.

Manon Aubry et LFI visent les 10%

En figurant au 80e rang de la liste LFI, Jean-Luc Mélenchon n'a aucune chance d'être élu député européen le 9 juin prochain. La France dispose au total de 81 députés au Parlement européen et LFI n'en a envoyé que six à Strasbourg lors du dernier scrutin qui s'est tenu en 2019. Manon Aubry dit ambitionner pour cette fois la première place à gauche et un score à 10%, alors que dans les différents sondages, sa liste est donnée autour de 7 ou 8%.

Avec l'officialisation de la présence de la figure de proue de LFI sur sa liste, Manon Aubry, qui clôturera justement le meeting de Villepinte en compagnie de Jean-Luc Mélenchon, confirme la volonté de son parti de placer sa campagne sur des enjeux nationaux et comme un prélude à l'élection présidentielle de 2027. Le Rassemblement national a suivi une stratégie similaire en propulsant Marine Le Pen, autre ex-candidate à l'élection présidentielle, en dernière position de la liste menée par Jordan Bardella
Jean-Luc Mélenchon, leader et fondateur de LFI, a lui-même déclaré cette semaine que ces élections européennes constitueraient "le premier tour" de la présidentielle. "L'après Emmanuel Macron commence maintenant", a renchéri samedi sur franceinfo le coordinateur national du mouvement Manuel Bompard.

Article original publié sur BFMTV.com