Publicité

Euro de hand: premiers de leur poule, les Bleus affronteront la Suède en demi-finales

Les handballeurs français ont scellé leur place en demi-finale de l'Euro en s'imposant face à l'Autriche (33-28), ce lundi à Cologne, avant même leur ultime match du tour principal mercredi contre la Hongrie. Les Bleus ont ensuite profité de la victoire de l'Allemagne contre la Hongrie (35-28) pour s'assurer la première place de la poule.

Ils affronteront vendredi la Suède, tenante du titre, pour une place en finale, dix ans après leur dernier sacre européen. Ce sera leur troisième demi-finale face aux Suédois. La France s'était imposée l'an passé au mondial avec une Suède privée de son maitre à jouer Jim Gottfridsson mais s'était inclinée il y a deux ans à l'Euro. Un gros choc en perspective.

Cinq demies d'affilée pour les Bleus

En attendant, voilà l'équipe de France pour la cinquième fois consécutive dans le dernier carré d'un grand tournoi. Elle a toujours atteint au moins les demies depuis le naufrage de Trondheim, au premier tour de l'Euro 2020, qui avait coûté son poste de sélectionneur à Didier Dinart, remplacé par Guillaume Gille.

Encore invaincue en Allemagne, la bande de Nikola Karabatic (3-3 au tir ce lundi) a été poussée comme jamais depuis son arrivée outre-Rhin par des "Allez les Bleus" à l'accent allemand: le public de la Kölnarena comptait en effet sur une défaite de l'Autriche pour que l'Allemagne conserve la possibilité d'accéder au dernier carré.

Bellahcene a encore marqué des points

Des encouragements loin d'être superflus: même prévenus, les hommes de Guillaume Gille ont multiplié les imprécisions en première période, à l'image des trois ballons perdus par leur maître à jouer Nedim Remili ou des penalties manqués (3 au total). Au point d'être menés à la mi-temps (16-15) par les Autrichiens, qui avaient déjà tenu tête à la Croatie, l'Espagne ou encore l'Allemagne.

Titularisé pour la deuxième rencontre consécutive dans les cages françaises, Samir Bellahcene a encore assuré (15 arrêts, 36%). Moins de neuf mois après sa première sélection, l'ex-Dunkerquois prend ses aises dans le rôle de N.1 (58 minutes lundi) en l'absence sur blessure de Vincent Gérard.

Les autres enseignements de cette prestation, loin de la démonstration contre l'Islande (39-32), tiennent plutôt de la confirmation: meilleur marqueur français (35 buts), Dika Mem s'est mué en flotteur quand les Bleus ont tangué sur le Rhin.

Le capitaine de Barcelone boucle le match avec 7 buts, comme son ex-compère en Catalogne, Ludovic Fabregas, qui affiche une réussite exceptionnelle dans la compétition (29/32).

Article original publié sur RMC Sport