Publicité

"Il y a eu un décalage vers le Nord": Météo France explique que des chutes de neige restent à venir

Trente départements en vigilance orange neigle-verglas pour des flocons finalement en petite quantité? C'est le constat que peuvent avoir les habitants du nord de la France, ce mercredi 17 janvier, alors qu'une large bande du pays était en vigilance orange neige et verglas.

François Jobard, prévisionniste à Météo-France, explique cependant à BFMTV.com que le gros des chutes de neige sont encore attendues sur plusieurs régions avec l'arrière front de la dépression Irène.

"Il y a eu un décalage vers le Nord, ce qui explique pourquoi on n'a pas encore de cumul de neige. Mais il y a eu beaucoup de verglas cette nuit et ce matin entre la Normandie, l'Alsace et la Lorraine", explique-t-il.

Le verglas bien présent

La vigilance émise dès lundi par Météo France concernait principalement le risque de pluies verglaçantes pour les routes et autoroutes. Plusieurs accidents et perturbations ont d'ailleurs été constatés dans la nuit. Des flocons sont par ailleurs tombés sur une large partie nord de la France à Arras (Pas-de-Calais) ou encore sur le littoral de Mer-les-Bains (Somme). Les volumes neigeux ne dépassent cependant pas quelques centimètres.

Ce décalage entre les prévisions et la réalité reste cependant moins gênant que l'inverse, comme l'a souligné sur BFMTV François Durovray, le président Les Républicains de l'Essonne. "On préfère trop anticiper que pas suffisamment", appuie-t-il.

Des chutes attendues dans la Somme, l'Oise ou la Seine-Maritime

Le plus gros de l'épisode neigeux reste à venir, comme l'explique le prévisionniste. La neige va tomber "sur la Somme, en Seine-Maritime et dans l'Oise" cette après-midi. Le manteau neigeux est aussi attendu "à partir du milieu de la nuit" en Île-de-France et en Basse-Normandie.

De nouvelles mesures de sécurisation devraient être annoncées par le gouvernement dans l'après-midi, comme l'a annoncé ce matin sur France Inter le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu. Ces annonces pourraient notamment concerner le trafic de poids lourd en région parisienne et/ou les transports scolaires.

Article original publié sur BFMTV.com