Explosion des contaminations à l'étranger : et si c'était la faute... de la rentrée des classes ?

·7 min de lecture
Dans les pays où la rentrée scolaire a eu lieu au mois d'août, une recrudescence des cas a été observée, notamment chez les jeunes.

Dans les pays et régions où la rentrée scolaire a déjà eu lieu, le nombre de contaminations au Covid-19 a considérablement augmenté, de quoi craindre le pire pour la France à la veille de la rentrée de classes.

Ce jeudi 2 septembre, des millions d'élèves français retrouveront le chemin de l'école. Une nouvelle rentrée scolaire dans un contexte instable à cause de l'épidémie de Covid-19, et plus particulièrement du variant Delta, très contagieux et responsable de plus de 95% des transmissions en France. Dans plusieurs pays et régions du monde, la reprise des cours a eu lieu il y a quelques semaines et coïncide avec une hausse du nombre de cas de coronavirus. C'est le cas notamment en Écosse, dans les Länder allemands où l'école a repris ainsi que des les États américains et comtés où les élèves ont repris le chemin de l'école, comme le rapporte l'Obs

Si la situation sanitaire s'améliore en France depuis quelques jours, notamment grâce à la vaccination, il faut rappeler que les enfants de moins de 12 ans n'ont toujours pas accès au sérum et que moins d'un adolescent sur deux est complètement vacciné. Des facteurs qui peuvent avoir un impact sur la rentrée scolaire, sachant que si les enfants sont rarement sujets aux formes graves du Covid-19, ils sont bel et bien porteurs du virus et vecteurs de contamination. C'est pour cette raison que malgré une épidémie en ralentissement, Santé publique France évoque des "incertitudes" en mentionnant la nécessité d'une "vigilance particulière pour les écoles".

"Les rassemblements dans les écoles ont contribué à cette hausse"

En Écosse, où les écoles ont rouvert le 16 août, le nombre de nouveau cas a explosé en passant du simple au double entre le 21 août et le 25 août. "Sans aucun doute, les rassemblements de personnes dans les écoles ont contribué à cette hausse, on peut le voir dans la proportion de jeunes testés positifs", a déclaré le vice Premier ministre John Swinney. Larry Flanagan, le secrétaire général de l'EIS (Educational Institute of Scotland), le plus vieux syndicat d'enseignant au monde, estime que la transmission à l'école entre jeunes est en partie à l'origine de la récente augmentation des infections, indique la BBC. Un cas positif sur 6 est en lien avec un établissement scolaire selon Sky News. L'une des raisons principales de cette hausse serait que lorsqu'un élève est positif au Covid-19, ses camarades de classe ne sont pas déclarés comme cas contact et n'ont pas l'obligation de passer un test PCR, "une erreur" selon l'EIS.

Le taux d'incidence n'a cessé d'augmenter ces derniers jours en Écosse, et tout particulièrement chez les jeunes, comme le montre ce graphique partagé sur Twitter par l'enseignant chercheur en informatique français Germain Forestier, qui compile régulièrement les données sanitaires depuis le début de la pandémie. 

Au vendredi 27 août, les taux d'incidence ont atteint des records chez les jeunes après 5 mois de fermeture des écoles. Chez les 0-14 ans, on enregistrait 820 cas pour 100 000 habitants et 1 971 chez les 15-19 ans, contre une moyenne nationale de 688.

Les cas ont augmenté dans les Länder où l'école a repris, mais pas que...

En Allemagne, où l'école a repris dans la moitié des 16 Länder, la situation est comparable en termes d'augmentation du nombre de cas. Le nombre de nouveaux cas augmente fortement depuis la rentrée scolaire, notamment dans les plus jeunes catégories d'âge, comme le montrent ces graphiques partagés sur Twitter par le biologiste médical Claude-Alexandre Gustave, basés sur les données de l'Institut Robert Koch (RKI).

Mais comme le fait remarquer le spécialiste en immunologie, la courbe était déjà en phase ascendante avant ces rentrées scolaires, ce qui n'est par exemple pas le cas en France. De plus, les autres Länder où les rentrées scolaires n'ont pas encore eu lieu connaissent également une augmentation du nombre de cas, même si elles semblent moins importantes que dans les 6 autres Länder. Il est donc difficile d'attribuer la montée de cas uniquement à la rentrée scolaire en Allemagne, même si elle a pu jouer un rôle d'accélérateur. 

En Géorgie, les enfants plus touchés que jamais

En Géorgie, aux États-Unis, les autorités alertent sur le fait que les enfants n'ont jamais été aussi touchés qu'en ce moment, après la reprise des cours. Comme le rapportait le site Atlantico.fr la semaine passée, un enfant sur 100 est positif au Covid-19 et le nombre de cas n'a jamais été aussi élevé depuis le mois de janvier. Selon l'Obs, Kathleen Toomy, du département de santé publique de Géorgie, a annoncé que le nombre de cas chez les 11-17 ans a quadruplé dans les dernières semaines. Au niveau fédéral, le taux d’incidence atteint quasiment 340 est en hausse constante depuis le début du mois de juillet alors qu'il était inférieur à 30. 

En Floride, où le gouverneur s’oppose au port du masque dans les écoles depuis la rentrée au début du mois d'août, 20 % des nouveaux cas la semaine dernière étaient des enfants âgés de 5 à 14 ans, indique Le Parisien. Mais la courbe tous âges confondus semble cependant avoir atteint un plateau depuis la mi-août et "la croissance de l’épidémie semble plutôt se tasser au niveau national", indique l'épidémiologiste Antoine Flahault au quotidien.

La remontée des cas, un des "scénarios possibles" selon Blanquer

Si la rentrée semble avoir eu un impact important sur l'épidémie en Écosse, cela semble être moins évident pour l'Allemagne et les États-Unis, où il est difficile d'affirmer que la rentrée scolaire est seule responsable des hausses. Le nombre de tests effectués sur les enfants depuis la rentrée scolaire et les protocoles sanitaires mis en place dans les différents pays ont également leur importance sur les nouvelles données épidémiques.

À LIRE AUSSI >>> Covid-19 : quels sont les protocoles sanitaires pour les rentrées scolaires à l’étranger ?

"La remontée des cas de contamination après la rentrée est un des scénarios possibles" a affirmé ce mercredi matin Jean-Michel Blanquer sur les ondes de France Inter. En revanche, le ministre de l’Éducation nationale met en avant le faible taux de classes fermées à l'île de la Réunion, où la rentrée a eu lieu le 16 août. Le taux d’incidence a augmenté de plus de 25 % chez les 0-9 ans mais cette hausse peut s’expliquer en partie par le fait que le nombre de tests réalisés chez les enfants de l'île a doublé sur cette même période, ce qui ne signifie pas une circulation plus importante du virus, comme le rappelle Le Parisien. Si Gabriel Attal se veut rassurant et a évoqué un "protocole très protecteur" pour la rentrée scolaire, Jean-Michel Blanquer n’exclut pas un durcissement du protocole dans le cas où la situation sanitaire venait à se dégrader.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles