Publicité

"Ils ont enterré Estelle Mouzin dans une forêt" : les accusations glaçantes d'une ancienne co-détenue de Monique Olivier

Comme l'avance Léa au micro de BFMTV, Michel Fourniret et Monique Olivier auraient "paniqué" lorsque leur fils Sélim a vu Estelle Mouzin. Ils auraient alors pris la décision d'enterrer la fillette dans une forêt.

Les témoignages à charge se succèdent contre Monique Olivier, alors que le procès de l'ancienne compagne de Michel Fourniret, notamment jugée pour complicité d'enlèvement et de séquestration suivis de mort au préjudice d'Estelle Mouzin, se poursuit ce vendredi 8 décembre devant la cour d'assises de Nanterre.

Ce jeudi, plusieurs anciennes codétenues de Monique Ollivier ont défilé à la barre. Parmi elles, Léa (le nom a été modifié), qui a partagé pendant près d'un an la même cellule que la femme de 75 ans et même fêté Noël en sa compagnie.

"Voilà, il l’a emmenée dans la cave"

À sa sortie de l'audience, Léa s'est rapidement exprimée au micro de BFMTV où elle a une nouvelle fois répété que Monique Olivier savait très bien où se trouvait le corps de la fillette, mais qu'elle ne le dirait jamais. Elle lui aurait également révélé les dessous de l'enlèvement.

"Madame Olivier m'a confié que Michel Fourniret avait mis la petite Estelle Mouzin dans une cave, qu’il lui avait demandé de déshabiller la petite Estelle Mouzin, de lui mettre un pyjama de Sélim, son fils. Par la suite, elle m’a dit: 'voilà, il l’a emmenée dans la cave'", dit Léa.

Selon elle, le couple aurait "paniqué" lorsque leur fils, Sélim, a vu Estelle Mouzin. Ils lui auraient alors fait croire "que c'était une cousine."

"Ils l'ont pris, ils l'ont enterrée dans une forêt et ils ont dit qu'on ne la retrouverait jamais. Elle était là, elle faisait le guet le temps que lui fasse le trou pour enterrer la petite fille. Elle m'a dit ensuite qu’il y avait comme une croix sur la tombe d’Estelle", ajoute l'ancienne codétenue.

Lors de l'audience de jeudi, Monique Olivier a réfuté ces accusations. "J’ai jamais parlé de cave. Et le pyjama c'est faux. Estelle a gardé ses vêtements", a-t-elle lancé. "Comment vous savez qu’elle a gardé ses vêtements si vous ne l’avez vue qu’une fois?", lui rétorque alors Me Seban, avocat de la famille Mouzin. Monique Olivier s'est depuis murée dans le silence.

"Elle était en transe"

Lors de cette courte prise de parole, Léa est également revenue plus en détail sur la psychologie de Monique Olivier, qui selon ses dires "était en transe, elle était très excitée, elle transpirait", lorsqu'elle évoquait "les petites filles."

"Elle dit: tu sais enlever une petite fille, au début tu as peur, mais après, c’est comme de l’adrénaline, tu reviens, tu enlèves, tu verras c’est facile. Tu finiras par être une Fourniret", ajoute-t-elle.

Finalement, l'ancienne codétenue fait part de ses regrets de ne pas avoir obtenu de la part de Monique olivier l'emplacement exact de la sépulture d'Estelle Mouzin.

"Si je pouvais avoir encore quelques années de prison, j’aurais voulu rester pour justement que madame Olivier puisse me dire vraiment où elle est. J’aurais pu faire un croquis ou qu’elle me dessine où est l’endroit, pour qu’enfin la justice puisse la retrouver", termine-t-elle.

Jeudi toujours, une amie d'Estelle Mouzin est venue raconter la tentative d'enlèvement dont elle a été victime de la part de Michel Fourniret quelques semaines avant la disparition de la fillette. "Aujourd'hui, je pense qu'il n'y a plus de doute: c'est bien Michel Fourniret qui m'a abordée le 19 décembre 2002", a affirmé la jeune femme de 32 ans, voisine d'Estelle.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Procès : les regrets de Monique Olivier