Un enfant se baigne dans une rivière et se fait “manger le cerveau”

Image by RachelBostwick from Pixabay

Au début du mois de juillet, un homme est mort après avoir contracté une amibe "mangeuse de cerveau" alors qu'il se baignait dans un lac du comté de Taylor, dans le sud-ouest de l'Iowa. Quelques semaines après sa mort, un enfant a lui-aussi été contaminé après s'être baigné dans la rivière Elkhorn au Nebraska.

Selon les informations dévoilées par USA Today News, l'enfant est mort dans la semaine du 15 août, quelques jours après avoir été contaminé par une "Neagleria fowleri". Ce micro-organisme est essentiellement présent dans les eaux douces des lacs et rivières du sud des Etats-Unis. Il aurait pénétré via l'eau en contact avec le nez de la jeune victime. Il serait ensuite remonté jusqu'à son cerveau, en passant le long du canal olfactif, pour se nourrir de cellules nerveuses.

Une infection presque toujours mortelle

Après avoir été infecté, l'enfant aurait développé des symptômes comme une forte fièvre, des maux de tête et une irritation de la gorge. Selon le département de santé du comté de Douglas, l'infection peut ensuite évoluer vers une raideur de la nuque, des convulsions, des hallucinations et un coma. L'agence d'état a ensuite ajouté que l'infection de l'amibe "mangeuse de cerveau" est "extrêmement rare, mais presque toujours mortelle". 97 % des infections entraineraient d'ailleurs la mort dans les cinq jours suivant l'apparition des symptômes.

Après la mort de l'enfant dans le Nebraska, le département de santé du comté de Douglas (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Un petit garçon de 4 ans meurt sous les yeux de ses parents le jour des obsèques de son grand frère
Séparé de sa femme il est condamné à lui verser 60 000 euros car il n'a jamais fait le ménage
Sa sœur insiste pour qu'elle change le prénom de son futur bébé car elle le déteste
TÉMOIGNAGE Je refuse que mes futurs enfants portent l'horrible nom de famille de mon fiancé
TÉMOIGNAGE Mes beaux-parents détestent le prénom de ma fille et menacent de la déshériter