Le dry humping, une façon différente de prendre du plaisir

Laetitia Reboulleau

Qui a dit que le sexe devait obligatoirement passer par la pénétration ? Souvent catalogués sous l’étiquette “préliminaires“, les autres pratiques sexuelles peuvent largement suffire pour prendre du plaisir. Parmi les plus méconnues, on retrouve notamment le “dry humping“. Zoom sur une pratique qui pourrait bien vous ouvrir de nouveaux horizons.

<a href="https://unsplash.com/@rawpixel?utm_medium=referral&utm_campaign=photographer-credit&utm_content=creditBadge" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:rawpixel" class="link rapid-noclick-resp"><span>rawpixel</span></a>

Le spectre des pratiques sexuelles est large, et rares sont celles et ceux à avoir exploré toutes ses facettes. Même en étant sexuellement actif depuis de nombreuses années, il est toujours possible de découvrir de nouvelles choses : cette expérimentation fait d’ailleurs partie d’une vie intime épanouie.

Le “dry humping“, une pratique méconnue

Pourtant, lorsque l’on parle de relations sexuelles, la “norme” reste généralement la pénétration. La faute, majoritairement, à une société tournée vers l’hétérosexualité, qui considère bien souvent que les autres actions telles que la masturbation (mutuelle ou en solo), le cunnilingus ou encore la fellation ne sont que des préliminaires, alors que ces derniers peuvent également apporter un orgasme.

Le “dry humping“, dont le nom anglais n’a pas vraiment d’équivalence en français, sort justement de ce cadre très normé. Cette technique peut s’exécuter en solo ou en duo, et son fonctionnement est simple. Le principe ? Frotter son appareil génital contre son partenaire, ou contre un objet, de façon à le stimuler. Pas besoin de retirer ses vêtements pour ce faire, vous pouvez pratiquer le dry humping tout habillé sans aucun problème. C’est d’ailleurs l’un de ses grands avantages. A noter cependant que le résultat sera moins efficace avec un tissu épais comme le jean qu’avec une matière qui glisse, comme le satin par exemple.

Une pratique pour les femmes comme les hommes

Cette activité est particulièrement pratiquée par les femmes, en particulier lorsqu’elles découvrent leur corps durant leur jeunesse. De nombreuses études pointent du doigt le fait que les jeunes filles découvrent souvent la masturbation et ses plaisirs en se frottant contre un coussin, le bras d’un fauteuil, ou tout autre objet. Pourtant, elles ne sont pas les seules. Ces messieurs aussi peuvent parvenir à la jouissance grâce à cette forme de stimulation, même si c’est moins fréquent pour eux.

La pression et les frottements exercés contre le clitoris pour les femmes et contre le gland pour les hommes permettent d’accéder à la jouissance d’une manière différente. Une technique qui vaut le coup d’être testée, donc.

A LIRE AUSSI
> Sexe : une fois par semaine ?
> Sexe : les Françaises seraient moins épanouies que leurs voisines européennes
> 12 femmes partagent leurs techniques pour atteindre l’orgasme