Sexe : une fois par semaine ?

Sexe : une fois par semaine ?

Vous vous désirez, vous avez envie l'un de l'autre... la vie sexuelle est bien connue pour renforcer l'intimité du couple et l'estime personnelle. Mais abuser des bonnes choses ne serait – a priori - pas nécessaire ! Selon des chercheurs américains, un seul et unique rapport sexuel par semaine serait la fréquence idéale pour se sentir heureux. S'il n'existe évidemment pas de règles en matière de plaisir, le lien entre sexe et bonheur intrigue la science. Ainsi, des chercheurs ont suivi 30 000 Américains pendant 40 années. Résultat, « les couples ayant en moyenne un rapport sexuel par semaine sont considérés comme les plus épanouis », révèlent des scientifiques de la Society for Personality and Social Psychology. « Le plus important est de maintenir une bonne connexion intime avec son partenaire. Les relations sexuelles quotidiennes ne sont pas nécessaires pour maintenir cette proximité, source de bonheur », explique le Pr Amy Muise, auteur de l'étude. Un détail, tous les volontaires inclus dans l'étude étaient en couple. « Ce lien entre bonheur et fréquence des rapports sexuels ne vaut pas pour les célibataires ». Lesquels sont plus enclins aux rencontres qu'à la stabilité émotionnelle. Mais que l'on soit en couple ou non, pourquoi le sexe rend-il heureux ? Faire l'amour libère les hormones du bonheur Juste avant l'orgasme, le taux d'ocytocine – hormone de l'amour - est 5 fois plus important comparé au niveau de sécrétion normal. Les effets de cette hormone retentissent sur nos émotions. Soit notre capacité à les ressentir et à les exprimer. Ces sensations de plaisir et de proximité accrues avec votre partenaire sont donc aussi spontanées que chimiques ! Pendant l'orgasme, l'excitation sexuelle se traduit ensuite par la libération de sérotonine, hormone du plaisir, et de DHEA. En plus de booster le système immunitaire, cette dernière stimule les fonctions cognitives et favorise aussi la (...) Lire la suite sur destinationsante.com


Traiter les acouphènes grâce au bruit de l’océan
Grossesse : le nombre d’anomalies de fermeture du tube neural ne baisse pas
Faut-il entretenir le mythe du Père Noël ?
Recevez la newsletter de Destination Santé
Accédez à la rubrique Destination Femme