Leurs droits "éliminés" par le régime taliban : les femmes afghanes poursuivent le combat

·1 min de lecture

Elles veulent continuer à travailler et étudier. Une poignée de femmes afghanes ont bravé le danger en manifestant à nouveau ce dimanche à Kaboul.

Les droits des femmes "éliminés" par les talibans

Une marche d'une dizaine de minutes seulement pour dénoncer l'élimination de leurs droits par le régime taliban.

"Dans l'islam, les femmes ont plus de droits, dit une manifestante. Pourquoi nous enlèvent-ils nos droits ? Il faut que les écoles pour femmes rouvrent leurs portes. Les femmes doivent reprendre leur travail. Tous les employés devraient retourner à leur poste et recommencer à travailler comme avant. Nous ne demandons rien d'autre. Nous avons besoin de nos droits humains."

Pourquoi nous enlèvent-ils nos droits ? Il faut que les écoles pour femmes rouvrent leurs portes. Les femmes doivent reprendre leur travail.

Une manifestante

"L'idéologie talibane nous renvoie 20 ans en arrière. Les femmes ont peur que 20 ans d'accomplissements et de progrès, en particulier pour les femmes, soient détruits. C'est pourquoi elles tentent aujourd'hui de fuir vers les pays voisins."

L'idéologie talibane nous renvoie 20 ans en arrière.

Marzia Ahmadi
activiste des droits des femmes

Le maire de Kaboul renvoie les femmes à la maison

Membre du régime taliban, Molavi Hamdullah Nomani, qui occupe désormais le poste de maire de Kaboul, a demandé aux femmes travaillant pour la municipalité de rester chez elles, ajoutant qu'elles seraient rémunérées. Sont autorisées à venir travailler pour l'administration, uniquement celles exerçant des fonctions que les hommes ne peuvent pas remplir.

Les promesses non tenues des talibans

Après leur retour au pouvoir à Kaboul il y a un mois, les talibans avaient assuré vouloir protéger les droits des femmes. Mais aucune d'entre elles n'a intégré le gouvernement taliban.

Par ailleurs, le régime a interdit aux filles et adolescentes de reprendre les cours de l'enseignement secondaire. Et le ministère des Affaires féminines a été remplacé par celui de la "Promotion de la vertu et de la Prévention du vice."

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles